Relâché d'un béluga mâle adulte équipé d’une balise satellite
17.11.2022 Animaux marins

Les bélugas évitent le bruit des navires

Les bélugas sont des cétacés arctiques très sensibles aux bruits, y compris les bruits sous-marins des navires. Pendant longtemps, le peu de navires dans la région a permis de ne pas s’en préoccuper. Avec les routes qui s’ouvrent libres de glace sur une plus longue période du fait du changement climatique, la question se pose désormais.

En tant que cétacés très sociaux, les bélugas (Delphinapterus leucas) dépendent fortement de l’acoustique pour communiquer, s’alimenter, naviguer ou éviter les prédateurs (voir Argos aide à détecter les sons des bélugas qui se nourrissent).

Comme ils vivent dans l’Arctique, difficilement accessible pendant longtemps du fait de la glace de mer, les bruits sous-marins des navires n’ont pas suscité d’inquiétude majeure. Cependant, le trafic maritime a plus que triplé au cours des trois dernières décennies dans ces eaux. Il devrait continuer à le faire à l’avenir, car davantage de routes libres de glace s’ouvrent en raison du réchauffement climatique. C’est une source d’inquiétude pour les bélugas et les autres mammifères marins de l’Arctique. En effet, leurs vocalises naturelles et leur capacités auditives se chevauchent avec la gamme de fréquences des bruits des navires.

Cartes des localisations de 9 bélugas équipés et des trajets de navires
À gauche, carte des localisations des neuf bélugas équipés entre juillet et décembre 2018. Les couleurs encodent chaque baleines individuellement. À droite, carte des trajets des navires, dérivés des données du système d’identification automatique (AIS) durant la même période (trajets des navires codées en couleur par mois) (d’après [Martin et al., 2022]).

 

Neuf bélugas mâles adultes de la population de l’est de la mer de Beaufort ont été équipé avec des émetteurs Argos. Les données de localisation ont été prises en compte de juillet à décembre 2018, en comparaison avec les données de localisation des navires issues du système d’identification automatique (AIS). Les balises ont enregistré à la fois des localisations dérivées du système Argos et du système de positionnement global (GPS) par satellite. Elles comprenaient également des enregistreurs de profondeur en fonction du temps pour évaluer les comportements de plongée.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

L’étude rapporte 177 occasions où des navires se sont trouvés à moins de 125 km des bélugas équipés pendant la période sans glace (essentiellement juillet-octobre, plus novembre et décembre dans la mer de Béring). Selon l’individu et sa route migratoire, le nombre de rencontres entre un béluga équipé et un navire varie de 2 à 71. Les changements possibles dans le comportement des bélugas, basés sur leurs mouvements latéraux (vitesse et direction) et verticaux (plongées), chaque fois qu’un navire s’est trouvé à moins de 50 km (23 occurrences) ont été pris en compte. Certains navires n’étant pas équipés d’un transpondeur AIS, le nombre d’occurrences est probablement sous-estimé.

Trajectoire du béluga et trois trajectoires de navires lors d'une rencontre rapprochée où un comportement d'évitement du béluga a été observé
Trajectoire du béluga (en noir) et trois trajectoires de navires (en rouge, orange et violet), avec des flèches indiquant les directions, lors d’une rencontre rapprochée où un comportement d’évitement du béluga a été observé. En bas, profil de plongée du béluga, avec le point d’approche le plus proche (CPA) entre le navire et la baleine indiqué par la flèche noire à l’intérieur de la boîte verte qui représente la période pendant laquelle le béluga était à moins de 50 km d’un navire. Notez le changement dans le mouvement latéral et le comportement de plongée autour du moment du point d’approche le plus proche (tiré de [Martin et al., 2022]).

 

Sur ces 23 rencontres, huit ont montré des signes de réponses potentielles d’évitement des navires à des distances allant de 12 km à 43 km d’un navire. La réaction la plus courante consistait à changer brusquement de direction pour s’éloigner de la source du bruit, les baleines revenant parfois à leur position précédente après le départ du navire. Les bélugas semblaient également nager plus rapidement à proximité des navires que lorsque ceux-ci étaient plus éloignés. Parmi ces réponses d’évitement, six ont montré à un certain degré des comportements de plongée peu profonde ou de nage en subsurface, en plus de changements dans les mouvements latéraux. Ceci peut constituer une réponse d’évitement des navires, même si la distance est bien au-delà (plus de 10 km) des portées visuelle et d’écholocation des bélugas. Cela suggère que les bélugas réagissent au bruit sous-marin du navire plutôt qu’à des indices visuels. Le seuil de bruit qui peut déclencher une telle réaction, et s’il s’agit d’un seuil individuel ou collectif, est actuellement inconnu.

Une hypothèse selon laquelle les bélugas pourraient devenir plus tolérants au bruit au fil du temps a été proposée. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas, du moins pour la population de l’est de la mer de Beaufort, car même si le trafic a augmenté dans l’Arctique, les bélugas réagissent toujours aux bruits des navires à des distances extrêmement grandes, et lorsque le bruit des navires est proche des niveaux de bruit ambiant naturel. Les études futures visent à incorporer des balises qui peuvent également mesurer le son sous l’eau afin de pouvoir mesurer le niveau exact de bruit de chaque navire, pour mieux évaluer les réactions des bélugas.

Contacter notre équipe

 

Référence & liens

Martin, M. J., Halliday, W. D., Storrie, L., Citta, J. J., Dawson, J., Hussey, N. E., Juanes, F., Loseto, L. L., MacPhee, S. A., Moore, L., Nicoll, A., O’Corry-Crowe, G., & Insley, S. J. (2022). Exposure and behavioral responses of tagged beluga whales (Delphinapterus leucas) to ships in the Pacific Arctic. Marine Mammal Science, 1–35. https://doi.org/10.1111/mms.12978

Animations et cartes des rencontres de béluga avec des navires tirés de [Martin et al. 2022] :

https://onlinelibrary.wiley.com/action/downloadSupplement?doi=10.1111%2Fmms.12978&file=mms12978-sup-0001-Figures_and_Animations.ppsx

Photo principale : Relâché d’un béluga mâle adulte équipé d’une balise satellite dans le cadre de cette étude (crédit Greg Elias)