Photo: an Amazonian black skimmer (credit Emil Rivas Mogollón)
19.01.2021 Oiseaux

Modéliser l’utilisation de l’habitat par les becs-en-ciseaux noirs d’Amazonie

La forêt amazonienne est difficile à atteindre, mais elle abrite un grand nombre d’espèces. Des oiseaux comme les becs-en-ciseaux noirs d’Amazonie y vivent une partie de leur vie, mais se déplacent beaucoup. La télémétrie par satellite Argos permet aux chercheurs d’analyser mathématiquement l’utilisation que font ces oiseaux de l’environnement, afin de mieux les protéger.

Photo : un bec-en-ciseaux noir d’Amazonie (crédit Emil Rivas Mogollón)

Amazonian black skimmer with an Argos PTT (credit K. Goodenough)
un bec-en-ciseaux noir d’Amazonie avec un émetteur Argos (crédits K. Goodenough)

Les becs-en-ciseaux noirs (Rynchops niger) sont des oiseaux aquatiques migrateurs piscivores vivant en Amérique. Il existe six sous-espèces, dont deux sous-espèces sud-américaines, le Rynchops niger cinerascens, qui se reproduit en Amazonie, et le Rynchops niger intercedens, qui se reproduit le long de la côte atlantique de l’Amérique du Sud. Il n’y a pas d’estimation de population disponibles pour le bec-en-ciseaux noir d’Amazonie. Cependant, la sous-espèce atlantique d’Amérique du Sud (Rynchops niger intercedens) pourrait compter entre 25 000 et 100 000 individus.

Les becs-en-ciseaux noirs sont ainsi nommés d’après leur façon de pêcher, en volant au ras de l’eau et en attrapant les poissons et les crustacés dans les 6 premiers centimètres  à l’aide de leur bec spécialisé. On sait qu’ils se nourrissent dans les habitats côtiers et fluviaux peu profonds à l’aube, au crépuscule et pendant la nuit. À part cela, on sait peu de choses sur l’utilisation que font les becs-en-ciseaux noirs amazoniens de la région complexe de l’Amazonie intérieure, de façon saisonnière ou quotidienne.

 

Modélisation de l’utilisation des habitats par les becs-en-ciseaux noirs d’Amazonie

Le bassin sud-ouest de la forêt amazonienne est une zone très reculée, ce qui rend la recherche sur les mouvements des oiseaux très difficile. Les becs-en-ciseaux d’Amazonie peuvent se déplacer sur de grandes distances allant de 40 à 1500 km. Cecii rend leur comportement impossible à surveiller par des études visuelles uniquement. Cependant, la télémétrie par satellite permet aux chercheurs de suivre ces mouvements dans des zones très éloignées où les déplacements sont malgré tout difficiles. En 2014, sept becs-en-ciseaux noirs amazoniens ont été équipés d’émetteurs Argos de 5 g fonctionnant à l’énergie solaire dans le parc national de Manu (province de Madre de Dios, Pérou), une région éloignée de toute activité humaine.

The area of study (in blue Manu National Park) and all the locations from the seven black skimmers tracked (from [Loraamm et al, 2020])
La zone d’étude (dans le parc national de Manu, en bleu) et toutes les localisations des sept becs-en-ciseaux noirs suivis (d’après [Loraamm et al, 2020])

 

Ces oiseaux ont été localisés en 750 points, sur une superficie de 2,2 millions de km2. Une analyse mathématique (prisme espace-temps basé sur les voxels probabilistes) a permis d’obtenir des informations sur l’utilisation de l’espace et de l’habitat par les becs-en-ciseaux (comme dans Réhabiliter les rizières pour aider à la réintroduction de la cigogne blanche orientale au Japon, Suivre un oiseau de mer méconnu, le pétrel de BeckMouvements et habitat des dugongs dans des lagons de récifs coralliensLa vie nocturne des grands dauphins dans un labyrinthe de chenaux étroits , Argos aide à définir une aire protégée pour les éléphants au Cameroun, Des caïmans noirs dans leur marigot). Le moment où ces habitats sont utilisés pour la petite population du Parc national du Manu a également été déduit. Une fois les analyses mathématiques terminées, les données des becs-en-ciseaux ont été superposées à l’ensemble de données du projet ESA CCI land cover pour l’année appropriée, afin de définir les habitats concernés.

 

Les becs-en-ciseaux noirs : une utilisation opportuniste des élevages de crevettes

Example occupancy probability for a given Amazonian black skimmer (nicknamed “Orchid”), showing part of the potential areas of movement (tan) and areas of higher habitat use (red), overlaid with imagery of the area. (from [Loraamm et al, 2020])
Exemple de probabilité d’occupation pour un bec-en-ciseaux noir amazonien donné (baptisé “Orchidée”), montrant une partie des zones potentielles de déplacement (ocre) et des zones de plus forte utilisation de l’habitat (rouge), superposées à l’imagerie de la zone. (d’après [Loraamm et al, 2020])

 

Cette approche mathématique identifie les modes d’utilisation quotidienne de l’habitat pour les becs-en-ciseaux noirs, confirmant des utilisations déjà connues ou suspectées. Leur proximité de zones humides (pour la recherche de nourriture) à l’aube, au crépuscule et pendant la nuit a notamment été confirmée. Les résultats pour les premières heures du jour montrent une augmentation soutenue de l’occupation pour la couverture arbustive ou herbacée, les zones inondées, l’eau douce/salée/saumâtre. Un nouveau résultat obtenu grâce à l’analyse temporelle, est l’utilisation des zones urbaines au crépuscule et en début de soirée. Celle-ci peut être associée à la visite des becs-en-ciseaux noirs dans les élevages de crevettes pour se nourrir. Les zones urbaines représentent le 9e type de couverture la plus abondante accessible aux becs-en-ciseaux dans les statistiques pour la lumière du jour, mais elles sont le troisième habitat le plus occupé le soir.

 

Une approche qui bénéficie aux efforts de protection

Les résultats de ces recherches peuvent indiquer où se trouvent les becs-en-ciseaux noirs d’Amazonie à une heure donnée de la journée. Ceci facilite les observations sur le terrain, en particulier à l’intérieur des terres, alors que le parc national de Manu est difficile à atteindre. Une observation plus directe des populations de l’intérieur des terres pourrait être bénéfique aux efforts de conservation. Il permettrait en particulier aux chercheurs de mettre en évidence les zones importantes à protéger en comprenant l’utilisation de l’espace et de l’habitat du bec-en-ciseaux noir d’Amazonie, à condition qu’une plus grande partie de la population soit suivie.

 

Référence & liens