tortue caouanne avec un PTT Argos
19.07.2022 Animaux marins

Où vont se nourrir les tortues caouannes du Japon ?

Les tortues caouannes peuvent s’alimenter soit sur le plateau continental, soit en pleine mer. La population du Pacifique Nord, nichant entièrement au Japon, présente les deux comportements. Leurs zones d’alimentation sont localisées grâce à l’analyse isotopique et au suivi Argos, afin de mieux définir les mesures de conservation.

Photo : une tortue caouanne avec un PTT Argos (crédit Junichi Okuyama)

 

Les tortues caouannes (Caretta caretta) sont présentes dans tous les océans – l’océan Atlantique et la mer Méditerranée (voir Des tortues marines dans le golfe de Gascogne, Comprendre les tortues caouannes grâce aux données océaniquesDes tortues caouannes méditerranéennes jouent les océanographes et twittent), l’océan Indien (Des tortues marines en plein cyclones tropicauxComment se portent les tortues de mer après avoir été soignées et relâchées ?) et également dans l’océan Pacifique. Elles sont considérées comme vulnérables par l’UICN. Pour mettre en œuvre les mesures et les priorités de conservation, il est essentiel d’évaluer la taille des différentes populations.

Les populations de tortues caouannes du Pacifique sont génétiquement distinctes des autres, et même les populations du Pacifique Nord et Sud sont différentes les unes des autres. Dans le Pacifique Nord, toutes les caouannes nichent exclusivement au Japon, où elles peuvent être classées en trois unités génétiques : l’archipel japonais, Yakushima et Okinawa. Ces populations présentent deux comportements différents en matière de recherche de nourriture. Les individus s’alimentent soit sur le plateau continental (habitat néritique) soit en haute mer (habitat océanique) après leur période de reproduction. Au cours des trois dernières décennies, les nids de tortues caouannes au Japon ont connu un déclin rapide dans les années 1990, suivi d’une reprise progressive.

Depuis 2013, cependant, leur nombre a de nouveau diminué. Quantifier le nombre d’individus de chaque population qui iront dans chacun des habitats ou dans les deux devrait aider à définir les zones de conservation prioritaires.

 

Suivi et habitudes de recherche de nourriture des tortues caouannes du Pacifique Nord

Des émetteurs Argos reliés par satellite ont été déployés sur 12 tortues. Huit émetteurs ont été déployés sur l’île méridionale d’Okinoerabu et quatre sur le site le plus septentrional d’Ichinomiya. Aucune n’a été marquée sur l’île d’Ishigaki, la plus au sud, car aucune n’a été rencontrée pendant la période de recherche. Les jaunes d’œufs de ces tortues (et de 72 autres) ont également été analysés pour les isotopes stables du carbone, ce qui peut aider à discriminer entre les deux utilisations de l’habitat de recherche de nourriture. La proportion des deux comportements semble similaire dans l’échantillon, suivi et non suivi.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

Migration post-nidification de 12 tortues caouannes femelles nichant sur l'île Okinoerabu et Ichinomiya
(a) Migration post-nidification de 12 tortues caouannes femelles nichant sur l’île Okinoerabu (étoile ouverte) et Ichinomiya (étoile remplie). Les points d’arrivée des routes de migration des tortues nichant à l’île d’Okinoerabu et à Ichinomiya sont représentés par des cercles ouverts et remplis respectivement. Les trajectoires rouges représentent les routes migratoires des benthivores néritiques en quête de nourriture, déterminées par l’analyse isotopique, tandis que les trajectoires bleues représentent celles des planctonivores océaniques (trajectoires vertes : les échantillons d’œufs n’ont pas pu être collectés). Le graphique en encadré bleu illustre les valeurs δ13C et δ15N dans les jaunes d’œufs pondus par des tortues caouannes dont les trajectoires de migration post-nidification ont été suivies. Les points rouges représentent les tortues qui migrent vers les régions néritiques (mer de Chine orientale et zone côtière de l’archipel japonais), tandis que les points bleus représentent celles qui migrent vers la région océanique dans l’océan Pacifique Nord. La ligne pointillée représente la partition entre les types d’alimentation océanique et néritique. Les routes de migration post-nidification et les zones utilisées par les tortues caouannes nicheuses sont illustrées dans (b) la mer de Chine orientale et (c) la zone côtière de l’archipel japonais. Chaque individu est représenté par une couleur. Notez que (b) et (c) montrent les routes de migration uniquement pour les tortues utilisant respectivement la mer de Chine orientale et la zone côtière de l’archipel japonais (d’après [Okuyama et al., 2022]).

 

Cinq des huit tortues nichant sur l’île d’Okinoerabu, une de celles d’Ichinomiya a migré vers la mer de Chine orientale. Une des deux sites de nidification s’est rendue dans la zone côtière de l’archipel japonais et y est restée pendant quatre mois, celle d’Ichinomiya partant ensuite vers le large. Deux ont atteint la zone océanique de l’océan Pacifique Nord, ainsi que deux des quatre femelles marquées à Ichinomiya.

La comparaison de l’analyse isotopique et de la destination à partir du suivi montre que les tortues classées comme benthivores néritiques (s’alimentant sur le plateau continental) sont allées en mer de Chine orientale (70% du total de l’analyse isotopique) et dans la zone côtière de l’archipel japonais (9%). Les planctoniques océaniques (s’alimentant dans l’océan ouvert, 22%) sont allés dans le Pacifique Nord. De plus, en comparant les tailles corporelles, les femelles océaniques en quête de nourriture étaient significativement plus petites que les femelles néritiques.

 

Implications pour la protection

Les résultats montrent qu’une grande partie des tortues caouannes qui nichent au Japon s’alimentent sur le plateau continental de la mer de Chine orientale. Cette zone n’a pourtant pas été beaucoup considérée pour la protection des tortues marines, alors que les prises accidentelles par les pêcheries y constituent le principal cas de mortalité.

La mer de Chine orientale devrait donc être une zone de protection prioritaire pour les caouannes du Pacifique Nord. La gestion de la protection devrait inclure davantage de pays entourant la mer de Chine orientale, comme la Chine, Taïwan et la République de Corée, afin de garantir le rétablissement de l’espèce.

Contacter notre équipe

 

Référence

Okuyama, J., Watabe, A., Takuma, S., Tanaka, K., Shirai, K., Murakami-Sugihara, N., Arita, M., Fujita, K., Nishizawa, H., Narazaki, T., Yamashita, Y., & Kameda, K. (2022). Latitudinal cline in the foraging dichotomy of loggerhead sea turtles reveals the importance of East China Sea for priority conservation. Diversity and Distributions, 00, 1–14. https://doi.org/10.1111/ddi.13531