raie manta de récif juvénile femelle
05.07.2022 Animaux marins

Une crèche pour les raies manta de récif juvéniles

Les raies manta de récif sont une espèce vulnérable. Elles grandissent dans des zones protégées peu profondes telles que les lagons. Les suivre avec Argos peut aider à confirmer qu’un lagon donné est une « crèche » pour cette espèce.

 

Photo : une raie manta de récif juvénile femelle de 220 cm d’envergure avec une un pop-up archive sur le côté droit de son dos et un poisson-pilote jaune devant sa bouche (crédit Edy Setyawan)

Les populations de raies manta de récif (Mobula alfredi), comme toutes les populations mondiales de requins et de raies océaniques, ont considérablement diminué au cours des cinquante dernières années. On les trouve tout autour des mers tropicales. En Indonésie, les raies manta sont considérées comme un objectif de conservation. Pour soutenir les efforts de conservation, l’identification des habitats essentiels de l’espèce est une priorité.

 

Une crèche de raies manta de récif ?

Comme de nombreuses espèces d’élasmobranches, les raies manta de récif utilisent les eaux peu profondes et abritées, comme les lagons, comme crèche pour les nouveau-nés. Dans ces eaux, les raies juvéniles trouvent une mer calme, de la nourriture, une protection contre les prédateurs et d’autres raies manta de récif pour les interactions sociales.

Le lagon de Wayag, à Raja Ampat, en Indonésie, est fortement soupçonné d’avoir un tel rôle pour les raies manta de récif. Une étude a montré que les juvéniles étaient particulièrement présents dans le lagon, et cela année après année, deux des trois critères confirmant un site comme crèche de raies manta. Le dernier des trois critères serait que les raies manta juvéniles restent dans la zone pendant de longues périodes. La télémétrie Argos peut aider à cette dernière vérification.

Une raie manta de récif juvénile femelle avec une un pop-up archive (crédit Edy Setyawan)

 

Suivi Argos de raies manta de récif juvéniles

Cinq raies manta de récif juvéniles (principalement des femelles) ont été équipées de balises satellite pop-up archive dans le lagon de Wayag en 2015 et 2017. Chaque fois qu’elles faisaient surface, ces balises calculaient et transmettaient des positions GPS. En outre, la profondeur de plongée, les niveaux de lumière et la température ambiante de la mer ont été enregistrés. Neuf autres juvéniles ont été suivis à l’aide d’émetteurs acoustiques passifs de mai 2019 à septembre 2021. En outre, un total de 34 raies manta juvéniles ont été photo-identifiées entre mai 2013 et mai 2021. Neuf de ces 34 raies ont été aperçues au moins une fois dans le lagon de Wayag, dont six ont été aperçues pendant plus de 320 jours, y compris deux après 21 mois. Les 25 autres n’ont jamais été revues.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

Trajectoires des raies manta de récif juvéniles
Trajectoires des raies manta de récif juvéniles (lignes) dérivées des emplacements GPS (points) (A) de la zone marine protégée SAP Waigeo Barat avec les noms des îles ; (B) un gros plan du lagon de Wayag (d’après [Setyawan et al., 2022]).

 

Les raies manta de récif juvéniles sont restées dans le lagon

Les individus suivis par Argos ne se sont pas éloignés du lagon de Wayag. Trois des cinq ne sont jamais allés plus loin que 10 km, et le mouvement maximal a été de 47 km à l’est du lagon. Un modèle a été construit pour estimer les localisations à intervalles de temps réguliers et pour calculer les aires d’activité.

Les résultats suggèrent que toutes les raies manta marquées ont passé la plupart de leur temps dans le lagon ou dans les eaux adjacentes, ne s’éloignant que pendant de courtes périodes. Il est possible qu’elles aient développé leur recherche de proies dans un environnement océanique plus ouvert par de tels comportements exploratoires.

Ce comportement juvénile de rester dans le lagon est la dernière preuve pour conclure que les raies manta de récif utilisent le lagon de Wayag comme crèche. Il peut également servir de lieu de mise bas.

 

L'aire d'activité principale et l'étendue de l'aire d'activité pour chacune des cinq raies manta de récif juvéniles suivies par satellite
L’aire d’activité principale et l’étendue de l’aire d’activité pour chacune des cinq raies manta de récif juvéniles suivies par satellite. Les polygones rouges (50 % UD) et les polygones orange (95 % UD) indiquent respectivement la plus petite aire d’activité principale estimée et l’étendue de l’aire d’activité (d’après [Setyawan et al., 2022]).

 

Redéfinition d’aires marines protégées

Les autorités de gestion des aires marines protégées des Raja Ampat ont été informées de ces conclusions. Elles choisissent en particulier de désigner certaines zones du lagon principal de Wayag comme « zones centrales de conservation » avec un accès strictement limité et toute la zone du lagon comme « zones de crèche pour les mantas », afin de s’assurer que sa fonction de crèche n’est pas compromise.

Contacter notre équipe

 

Référence and liens