bouteille plastique avec un tracker dans l'eau
02.02.2021 Oceanographie, météorologie et climatologie

Suivre des bouteilles en plastique de la rivière à l’océan

La présence de plastique dans l’environnement, en particulier dans les océans, est un des problèmes majeurs de pollution actuels. S’il est bien établi que la plus grande partie de ce plastique vient de la terre par le biais des rivières et des fleuves, depuis où, quelle distance est parcourue, et par quel chemin ? Suivre des bouteilles en plastique équipées de puces open source Argos permet de tenter de répondre à ces questions.

Photo : Une des bouteilles équipée dans l’eau (crédits Heather Koldewey)

 

Validation du concept dans le bassin du Gange

Les modèles de circulation océanique et les données de localisation de bouées dérivantes sont utilisés pour comprendre et prévoir la façon dont la pollution plastique se déplace et s’accumule dans les océans (à lire par exemple l’Indonésie et le spatial unis dans la lutte contre les pollutions ou des débris issus du tsunami sur le Pacifique sur le site Aviso). Cependant, les bouées, si elles sont en plastique, ne sont pas similaires en termes de forme, de poids et d’ancre flottante aux déchets plastiques habituels. De leur côté, les modèles de circulation océanique et de dispersion de particules flottantes incluent un certain nombre d’hypothèses qui peuvent ne pas correspondre au cas particulier des déchets plastiques.

Le bassin du Gange est l’un des plus grands systèmes fluviaux du monde, avec également une population de plusieurs centaines de millions de personnes habitant ses rives. En outre, l’utilisation des matières plastiques augmente de manière exponentielle en Inde et au Bangladesh. De plus, parmi les objets en plastique, les bouteilles de boissons sont les détritus échoués les plus fréquemment observés par l’International Coastal Cleanup.

 

Suivre des bouteilles en plastique équipées

CAD image of the equipped bottles (credit Arribada initiative)
Image CAO des bouteilles équipées (crédits Arribada initiative)

Au cours de l’expédition « Sea to Source Ganges » du National Geographic, une étude pour validation du concept a été entreprise en appliquant la technologie de suivi open source (précédemment utilisée sur les animaux marins) au suivi des déchets plastiques. Des bouteilles en plastique ont été équipées d’émetteurs développés avec le kit de développement Horizon Argos ARTIC R2, pour avoir une idée plus précise de la façon dont les déchets plastiques se déplacent dans les rivières et les fleuves jusqu’à l’océan.

L’étude comportait deux phases, l’une avec une émission de données à haut débit (donc de courte durée) menée avant la mousson d’été (humide). L’autre, utilisant des débits de données plus faibles, avec la télémétrie par satellite Argos pour un suivi plus long, y compris dans l’océan, a été menée après la mousson. Trois de ces émetteurs satellites ont été déployés directement dans l’océan, douze sur des rivières. Les émetteurs étaient suffisamment petits pour être placés dans une bouteille en plastique de 50 cl (choisie avec soin pour sa forme trapue), et suffisamment légers pour que la ligne de flottaison soit à peu près normale pour un tel contenant, tout en maintenant toutes les antennes en position verticale et au-dessus du niveau de l’eau.

Contacter les équipes Argos

 

carte de l'expédition « Sea to Source Ganges » et sites d'étude
a, carte de l’expédition « Sea to Source Ganges » et sites d’étude ; b&c : exemple de suivi des bouteilles déployées dans les rivières sur les sites 8 et 9. Et d, les traces dans l’océan uniquement (golfe du Bengale) (d’après [Duncan et al., 2020])

 

Des suivis de la rivière à l’océan

40 % de toutes les bouteilles de la première phase semblent être restées coincées ou s’être échouées sur une berge après le déploiement (après avoir parcouru en moyenne 72,2 km). Ceci était probablement en lien avec les niveaux d’eau bas avant la mousson humide. Les bouteilles de la deuxième phase relâchées dans les rivières ont rencontré différents problèmes, tels que les interactions probables avec la pêche et le mauvais temps.

Les trois émetteurs satellite dans une bouteille qui ont été déployés en mer ont tous pris des trajectoires similaires une fois entrés dans le golfe du Bengale. Ces bouteilles se sont déplacées vers l’ouest, près de la côte orientale de l’Inde, en suivant le courant côtier saisonnier qui s’y trouve. Le parcours le plus long a été de 2 844,6 km (B2 sur la carte d) et a été suivi pendant 94 jours (la période la plus longue).

 

Pour une meilleure connaissance et un changement de comportements

Une telle approche peut aider à mieux comprendre les sources, les mouvements et l’accumulation de la pollution plastique, ainsi que son impact sur l’écosystème. En outre, il y a des possibilités en terme d’éducation et de sensibilisation. Des actions en ce sens pourraient avoir un impact sur le comportement des gens en ce qui concerne les objets et les déchets en plastique.

 

En savoir plus sur le kit de développement

 

 

Référence & liens