une baleine et le bateau en train de l'équiper
10.08.2021 Animaux marins

Le sommeil d’une baleine détecté dans des données Argos

Les suivis d’animaux par Argos ont débuté dans les années 80. L’amélioration des techniques et de la couverture satellite permet aujourd’hui beaucoup plus de suivis, avec une meilleure résolution. Cependant, des suivis anciens analysés avec les moyens actuels peuvent aider à comprendre des questions comme le sommeil des baleinoptères comme le rorqual commun, ici en Méditerranée

Photo : une baleine et le canot servant à l’équiper, prise pendant une campagne en 1990 (C. Moriaz)

 

Suivre un rorqual dans les années 1980-90

L’utilisation du système Argos sur les animaux, en particulier marins, a permis de répondre à des questions restées mystérieuses.

L’une de ces questions portait sur la migration (ou non) du rorqual commun (Balaenoptera physalus) en Méditerranée. Pour la résoudre une balise Argos a été conçue, pesant 1.8 kg. En 1991, une campagne a permis d’équiper un rorqual commun au large de la Corse. Ce suivi n’a malheureusement duré que 42 jours au lieu des 3 mois attendus, ne permettant pas de répondre à la question initiale. Cependant, certaines des caractéristiques du trajet ont intrigué les chercheurs.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

trajet du rorqual
Le trajet du rorqual (d’après [Viale et al., 2019])

 

Le sommeil de la baleine

Le trajet du rorqual montre des boucles, de nuit. Ces boucles sont similaires à celles que l’on observe sur une bouée dérivante soumise à la seule force de Coriolis (un mouvement aussi appelé « oscillation d’inertie ». Pour des exemples dans la région, voir Les routes de la Méditerranée occidentale). L’hypothèse a été émise d’une phase de sommeil du rorqual. Cependant, l’utilisation de seulement deux satellites à l’époque pour le système Argos rend le suivi peu détaillé. Cinq boucles avaient été notées dans le trajet (sur quarante-deux jours).

En reprenant les données avec des moyens d’analyse plus modernes et plus sophistiqués, cependant, les auteurs arrivent à identifier plus de phases où le rorqual semble ne pas avoir de mouvement propre (calcul de vitesse entre des points). De plus, en tenant compte des variations de la longueur du jour et de la nuit (atteignant une heure entre le début et la fin du suivi), on détecte que le rorqual ne dort que de 1 à 2 heures après le coucher du soleil et pendant 6 à 7 heures. Du fait de la présence de courants notables sur certaines parties du trajet (courant Liguro-Provençal-Catalan, voir là aussi Les routes de la Méditerranée occidentale), qui entrainent un objet dérivant en surface, les oscillations d’inertie ne sont cependant pas présentes tout au long. Elles sont tout de même notées au final pour 26 nuits (sur 41). Pendant 15 autres nuits on détecte également une phase de repos, aux mêmes heures.

 

Alternance jour-nuit le long du trajet du rorqual
Alternance jour-nuit le long du trajet du rorqual : le segment est bleu entre les localisation consécutives s’il démarre la nuit, vert s’il démarre le jour. Échelles en km, verticalement depuis l’équateur ; horizontalement depuis le méridien de Greenwich. On distingue jusqu’à 26 boucles correspondantes à des phases où l’animal n’est pas actif, pendant 26 nuits consécutives (d’après [Viale et al., 2019])

 

Un régime alimentaire en phase avec la nuit

Le rorqual commun se nourrit essentiellement d‘euphausiacés (une espèce de micronecton similaire au krill de l’océan austral) qui effectuent une migration verticale quotidienne, montant groupés en surface à la tombée de la nuit, et repartant en profondeur au lever du soleil. Ses phases de sommeil sont calées sur les moments où ses proies sont dispersées, même si elles sont en surface toute la nuit. À la tombée de la nuit et au lever du jour (2 h avant), il est réveillé pour s’attaquer à ses proies quand elles sont les plus groupées. De jour, il lui faut plonger profondément pour en attraper.

Des suivis mêmes anciens peuvent être analysés avec des moyens modernes pour ajouter à la connaissance des animaux marins que nous avons acquise, en partie grâce à Argos.

Contacter les équipes Argos

 

Références

  • Denise Viale, Laurent Koechlin et Carli Viale, 2021 : Mise en évidence du sommeil d’une baleine dans les courants marins de Méditerranée nord-occidentale, Bulletin de la Société Zoologique de France, volume 146 (1), pages 39 à 51 ISSN : 0037-962X
  • Denise Viale, Laurent Koechlin, Carli Viale, 2019: Sleep cycle of a fin whale based on reprocessing of old satellite observations, doi: https://doi.org/10.1101/655886