phoque annelé
31.01.2022 Animaux marins

Des phoques annelés dans une lagune du Svalbard

Les phoques annelés sont dépendants de la glace de mer. Dans tout l’Arctique, y compris autour de l’archipel du Svalbard, celle-ci diminue rapidement, menaçant ainsi ces mammifères marins. Leur utilisation d’une lagune côtière a été étudiée sur plusieurs saisons à l’aide de la télémétrie par satellite Argos, afin d’examiner si ce type d’habitat pourrait constituer pour eux un refuge face au changement climatique.

Photo : Un phoque annelé équipé d’un enregistreur de données est relâché à l’intérieur de Charleslaguna, Svalbard (crédit Kit M. Kovacs )

 

Tous les mammifères marins endémiques de l’Arctique sont intimement liés aux habitats de la banquise. Le plus connu, et probablement le plus emblématique, est l’ours polaire, mais ce n’est qu’une des nombreuses espèces qui vivent en étroite association avec la glace de mer.

Le phoque annelé est une autre espèce dépendante de cette banquise. Ce petit phoque arctique utilise la glace de mer pour se reposer, muer et se reproduire, et il se nourrit également d’espèces qui sont elles-mêmes étroitement liées à la glace de mer, comme la morue polaire. Au Svalbard, la banquise a rapidement diminué au cours des deux dernières décennies, ce qui suscite une inquiétude croissante quant à la protection des phoques annelés, compte tenu notamment de l’adaptabilité et de la résilience limitées dont ils ont fait preuve jusqu’à présent face aux modifications de leur habitat.

Les lagunes sont des étendues d’eau peu profondes partiellement séparées de l’océan par une barrière, connectées à l’océan au moins par intermittence. Les lagunes arctiques gèlent généralement plus tôt et restent gelées plus longtemps que les zones océaniques adjacentes, car leurs eaux peu profondes sont saumâtres et elles sont abritées des vagues. Les habitats de glace qu’offrent les lagons pourraient devenir de plus en plus importants dans un Arctique plus chaud pour les phoques annelés et d’autres espèces qui vivent en association avec la glace de mer.

 

Localisations des 20 phoques avec des émetteurs satellites à Charleslaguna, Svalbard, Norvège
Localisations filtrées pour les 20 phoques annelés instrumentés avec des émetteurs satellites liés à un GPS à Charleslaguna, Svalbard, Norvège, en 2012, 2016 et 2017. Points verts : emplacements des phoques à l’extérieur de la lagune de Charleslaguna ; points noirs : à l’intérieur (d’après [Vacquié-Garcia et al., 2021].

 

Suivi des phoques annelés depuis une lagune

Charleslaguna est une lagune située dans le St Jonsfjorden, Svalbard, Norvège, qui a été créée par le retrait d’un glacier dont le front n’est plus en contact avec l’eau. Cette lagune côtière a une ouverture de 90 m de large et une superficie d’environ 1 km2. Sa profondeur n’a pas été mesurée.

Vingt phoques annelés ont été capturés dans la lagune de Charleslaguna et équipés d’enregistreurs de données GPS CTD Argos-relais (http://www.smru.st-andrews.ac.uk/Instrumentation/GPSArgosCTD/) en 2012, 2016 et 2017. Les phoques ont été suivis pendant une moyenne de 188 jours. Les données enregistrées comprenaient des informations sur le temps passé au repos, à la surface de l’eau et en plongée, la durée moyenne des plongées et la profondeur maximale par périodes de 6 heures. Le déploiement a été effectué après la période de mue, lorsque les phoques remplacent tous leurs poils, puisque les enregistreurs sont collés aux poils des animaux (donc pas avant juillet).

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

Une utilisation saisonnière de la lagune par les phoques suivis

Parmi les 20 phoques annelés suivis, 14 sont revenus utiliser la lagune au cours des trois années de l’étude. L’un des six qui n’y sont pas retournés a visité une autre lagune (deux fois). Il pourrait y avoir un biais, cependant, puisque tous les phoques ont été initialement capturés à l’intérieur de la lagune.

Les 14 phoques qui sont revenus à Charleslaguna ont passé en moyenne 8,9 % de leur temps à l’intérieur de cette lagune, principalement en été et en automne. Les données de plongée enregistrées suggèrent que la plupart de l’alimentation a lieu dans le fjord à l’extérieur de la lagune. Cependant, certaines plongées et le fait que des individus soient restés continuellement à l’intérieur de la lagune pendant 43 jours suggèrent qu’une partie de l’alimentation a également lieu ici.

Changements saisonniers de la durée et de la profondeur moyennes des plongées par période de 6 heures
Changements saisonniers de la durée et de la profondeur moyennes des plongées par période de 6 heures, à l’intérieur et à l’extérieur de Charleslaguna, Svalbard, Norvège, pour les phoques annelés instrumentés. (A,C) Distribution mensuelle de la durée et de la profondeur moyennes de plongée par période de 6 heures ; (B,D) sorties de modèle correspondantes comparant la durée et la profondeur moyennes de plongée par période de 6 heures en fonction de la date. Les lignes en gras représentent la médiane de la profondeur moyenne de plongée (A) ou de la durée moyenne de plongée (C) par période de 6 heures à l’intérieur ou à l’extérieur du lagune (par individu) pour chaque mois (d’après [Vacquié-Garcia et al., 2021].

 

Pendant la fin de l’hiver et le printemps, qui est la saison de reproduction des phoques annelés, ils n’ont pas utilisé la lagune. Pendant cette période, les phoques annelés sont dépendants d’un endroit où ils peuvent creuser des tanières dans les accumulations de neige au-dessus de leurs trous de respiration. Les petits naissent à l’intérieur de ces tanières, qui leur offrent un abri thermique et une certaine protection contre les prédateurs.

Au Svalbard, ces sites se trouvent principalement dans des zones où des morceaux de glacier sont gelés dans la glace de mer, ce qui permet d’accumuler suffisamment de neige pour creuser ces tanières de mise bas. Charleslaguna présente des conditions de glace très stables, mais manque de structures autour desquelles la neige peut s’accumuler et n’est donc pas utilisée pour la reproduction.

 

Étude de l’utilisation des lagunes arctiques par les mammifères marins

Ainsi, l’habitat des lagunes arctiques semble servir de refuge aux phoques annelés en leur fournissant des zones abritées pour leurs activités hors d’eau (repos et mue) et, dans une certaine mesure, une source de nourriture, mais elles ne constituent pas un habitat de reproduction idéal.

Cependant, une meilleure compréhension des attributs physiques et biologiques de ces zones serait précieuse, et les tendances à l’utilisation des lagunes par les phoques annelés et par d’autres mammifères marins associés à la glace devraient être étudiée à une large échelle spatiale au Svalbard pour voir si ces habitats sont d’une importance croissante alors que la banquise continue de décliner.

Contacter notre équipe

 

Référence et lien