A Chinese Sparrowhawk in flight
19.10.2021 Oiseaux

Les éperviers de Horsfield et du Japon survolent le continent asiatique

Les éperviers de Horsfield et du Japon sont des rapaces migrateurs d’Asie de l’Est. Ils migrent depuis la Russie et la Chine vers l’Indonésie et d’autres îles proches. La compréhension de leurs itinéraires de migration, de leurs escales et de leurs aires d’hivernage permettra de mieux les protéger.

Photo : Un épervier de Horsfield en vol (crédit A. J. Pierce)

 

L’épervier de Horsfield (Accipiter soloensis) et l’Épervier du Japon (Accipiter gularis) sont de petits rapaces vivant en Asie orientale. Ils se nourrissent principalement de petits invertébrés, grenouilles, lézards ou de petits oiseaux. On les a également observés se nourrissant d’insectes (cigales) sur leurs lieux d’hivernage. Ils migrent entre la Russie/Chine/péninsule coréenne et l’archipel malais, en passant par la Thaïlande à l’aller comme au retour. Ils utilisent une voie de migration au-dessus du continent asiatique, la voie de migration continentale de l’Asie de l’Est, quand les oiseaux limnicoles comme les bécasseaux spatule prennent la voie côtière ( “couloir aérien” de migration de l’Asie de l’Est – Australasie)

Aucune des deux espèces n’est considérée comme particulièrement menacée, mais l’épervier de Horsfield semble décliner. Leurs habitats sont de plus en plus modifiés par l’homme (forêts remplacées par des palmiers à huile en Indonésie, notamment).

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

Marquage des éperviers de Horsfield et des éperviers du Japon

Un épervier du Japon avec un émetteur Argos
Un épervier du Japon avec un émetteur Argos (crédit A. J. Pierce)

 

Quatre éperviers de Horsfield et quatre éperviers du Japon, tous des femelles car celles-ci sont plus grandes, ont été marqués avec des émetteurs Argos de 4,5 g fonctionnant à l’énergie solaire. Le marquage a eu lieu en septembre-octobre 2016 & 2017 lors de leur passage vers le sud de la Thaïlande à Khao Dinsor (province de Chumphon, Thaïlande). Là, plus de 150 000 éperviers de Horsfield et environ 20 000 éperviers du Japon sont observés lors de leur migration vers le sud chaque automne.

 

Sept des oiseaux marqués ont atteint leurs quartiers d’hiver, qui s’étendent sur 3 000 km d’est en ouest, de Sumatra à Timor-Leste. Là, peu de données ont été reçues, probablement parce qu’ils sont restés sous la canopée, où la batterie solaire ne pouvait pas se charger suffisamment. Ils y ont passé entre 84 et 173 jours dans des zones de moins de 23 km² (sauf une qui couvrait plus de 600 km²), avant de se diriger vers le nord, vers leurs zones de reproduction. Les données ont été transmises pendant au moins une partie du voyage vers le nord pour les sept oiseaux. De plus, les balises de deux éperviers de Horsfield ont été transmises pendant une partie de la deuxième année, permettant le suivi d’un cycle complet de migration totalisant 14 688 (CS3) et 9 694 km (CS4).

Migrations des éperviers de Horsfield et du Japon

Trajectoires pendant les migrations de printemps et d'automne des éperviers de Horsfield
Trajectoires pendant les migrations de printemps et d’automne des éperviers de Horsfield (en haut à gauche), y compris deux oiseaux pour lesquels une partie d’un deuxième cycle de migration a été enregistrée (d’après [Pierce et al., 2021])
Trajectoires pendant les migrations de printemps et d'automne des éperviers du Japon
Trajectoires pendant les migrations de printemps et d’automne des éperviers du Japon  (d’après [Pierce et al., 2021])
Trajectoires pendant les migrations de printemps et d'automne des éperviers du Japon
Trajectoires pendant les migrations de printemps et d’automne des éperviers du Japon  (d’après [Pierce et al., 2021])

 

Contrairement à de nombreux rapaces qui empruntent le chemin le plus court au-dessus de l’océan, les deux espèces semblent traverser l’eau sur des distances importantes. L’un des oiseaux suivis l’a même fait de nuit. Il faut noter que des éperviers de Horsfield ont été vus jusqu’à Guam ou Palau dans l’océan Pacifique, ou l’île Christmas dans l’océan Indien.

Les éperviers de Horsfield hivernent à Sumatra, Nusa Tenggara Est et Timor-Leste avant de retourner dans le sud de la Chine entre février et mai. Un épervier du Japon a passé 130 à 170 jours à Sumatra et à Bornéo, avant de retourner dans l’Oblast d’Amur, dans l’est de la Russie. Les éperviers du Japon ont fait moins d’escales lors de leur migration vers le nord que les éperviers de Horsfield. Ceci dit, aucune différence significative n’a été trouvée au sein d’une même espèce ou entre les espèces en ce qui concerne les distances quotidiennes parcourues lors des voyages vers le sud ou vers le nord. Cependant, la distance quotidienne parcourue varie considérablement pour un individu donné – jusqu’à environ 800 et 382 km pour les éperviers de Horsfield et du Japon, respectivement. Le temps passé sur les sites de reproduction des éperviers de Horsfield est similaire, 111 à 135 jours, mais les durées de migration et d’hivernage varient considérablement en raison des distances très différentes entre leurs sites d’hivernage.

 

Davantage de suivi pour comprendre les éperviers de Horsfield et du Japon

 

Pour une compréhension au niveau des populations, il sera nécessaire d’effectuer plus de suivis que ceux de la présente étude, idéalement en incluant également des mâles, avec des balises plus légères. Le suivi d’autres espèces de rapaces suivant la même voie migratoire – la “voie de migration continentale de l’Asie de l’Est” – permettrait également de mieux caractériser les comportements, y compris les différences entre les espèces, les âges, etc.

Le fait que certains des sites d’escale identifiés aient été transformés de forêts en terres agricoles est une préoccupation majeure. Les menaces qui pèsent sur la voie de migration continentale d’Asie de l’Est et sur les oiseaux migrateurs qui la parcourent doivent être prises en compte à des fins de protection.

Contacter les équipes Argos

 

Référence et liens