anguille dans la mer avec balises satellites archive ‘pop-up’  Argos
10.05.2022 Animaux marins

Combien d’anguilles méditerranéennes se font manger pendant leur migration vers l’Atlantique ?

L’analyse des suivis d’anguilles migratrices peut fournir une estimation du taux de prédation dont elles font l’objet. Il semble que la moitié des anguilles argentées en migration relâchées sur la côte méditerranéenne française puissent être consommées par des mammifères marins avant d’atteindre le détroit de Gibraltar. L’évaluation de ces menaces naturelles pour une espèce en danger pourrait contribuer à une meilleure gestion.

Photo : Une anguille dans la mer avec balises satellites archive ‘pop-up’  Argos (Crédit G. Simon, Université de Perpignan)

 

La phase continentale de l’anguille européenne (Anguilla anguilla L.) se répartit sur la majorité des pays côtiers d’Europe et d’Afrique du Nord, avec une limite sud au Maroc (30°N) et nord dans la mer de Barents (72°N). Elle s’étend également sur l’ensemble des côtes du bassin méditerranéen. L’anguille européenne est classée parmi les espèces en danger critique d’extinction dans la liste rouge de l’UICN. Une diminution rapide de son stock a été observée dans les années 1980. Le recrutement de la civelle (sa phase juvénile post-larvaire) est actuellement à son niveau le plus bas. En 2020, il n’était plus que de 1 à 7 % par rapport à la moyenne de référence établie sur la période 1960-1979.

Nous avons déjà rapporté des études utilisant le suivi des anguilles pour mieux connaître la migration de cette espèce depuis la mer Méditerranée (Les anguilles suivies en Méditerranée grâce à Argos et au Goniomètre et Les anguilles suivies en Atlantique par la télémétrie satellite Argos). Nous avions mentionné qu’aucune anguille relâchée en Méditerranée n’a encore été suivie jusqu’au bout, en mer des Sargasses. C’est également le cas pour des anguilles partant d’autres parties de l’Europe. Ceci est dû en partie aux batteries des émetteurs et à la durée programmée avant leur détachement. Mais certaines anguilles semblent avoir été mangées sur leur route vers l’Atlantique. Les scientifiques ont repris les données de suivi des anguilles pour examiner de plus près ces événements de prédation.

Marquage d'une anguille
Marquage d’une anguille (Crédit E. Amilhat)

Les indices indiquant qu’une anguille suivie a été prédatée

Dix-neuf anguilles ont été marquées à l’aide de balises satellites archive ‘pop-up’ (PSAT) et relâchées dans le golfe du Lion, au nord-ouest de la Méditerranée, en 2013 et 2015-16. Les balises étaient programmées pour se détacher après six mois en 2013, huit ou dix mois en 2015-2016.

Les indices indiquant une prédation d’une anguille sont de fortes hausses de température (quand c’est par des mammifères marins, dont la température interne est supérieure à 30°C, bien au-dessus de la température de l’eau de mer) et/ou des changements de profondeur ou de niveau maximum de lumière du jour (indiquant une prédation soit par des mammifères marins, soit par des animaux ectothermes comme les requins). Des visites fréquentes à la surface de la mer par la suite sont également compatibles avec une prédation par un mammifère. L’arrêt du cycle de migration verticale de l’anguille est également un moyen de détecter de tels événements.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

Données de profondeur et de température enregistrées pour une anguille prédatée
Données de profondeur et de température enregistrées pour une anguille prédatée. Les données de profondeur sont en noir, avec des carrés indiquant la profondeur mesurée et des triangles bleus indiquant les valeurs estimées et enregistrées par la balise lorsque le taux de mouvement vertical dépasse la capacité de la balise à enregistrer une valeur mesurée. La ligne rouge indique la température. Notez l’alternance des périodes de recherche de nourriture et de repos, visible à la fois dans l’activité de plongée et la température de l’estomac (d’après [Westerberg et al., 2021])

 

Un taux élevé de prédation des anguilles par les mammifères marins en mer Méditerranée

Sur les 16 balises ayant transmis des données, une prédation a été observée pour 9 anguilles (56%), dont huit en Méditerranée. Une prédation a eu lieu dans l’Atlantique, sur les 5 anguilles qui ont atteint cet océan.

En Méditerranée, la plupart (75%) des anguilles mangées ont été prises dans les profondeurs que ces poissons occupent pendant la journée (450 à 700 m), ce qui était inattendu. Ces profondeurs sont censées offrir un refuge contre la prédation, puisque la détection visuelle n’y est pas possible. Cependant, les plongeurs profonds qui utilisent un biosonar détectent toujours les proies à de telles profondeurs.

Les enregistrements des balises après des prédations en Méditerranée montrent des indices clairs de mammifères marins : température supérieure à 30°C, remontées régulières à la surface… De plus, les profondeurs maximales atteintes et la durée du cycle de plongée font soupçonner des baleines à dents – soit des cachalots (Physeter macrocephalus, très probablement pour 5 anguilles, des baleines de Cuvier (Ziphius cavirostris) ou des globicéphales communs (Globicephala melas). La plupart des événements de prédation en mer Méditerranée (7 sur 8) ont eu lieu dans la mer d’Alboran ou au sud des Baléares. Une hypothèse est que la voie de migration des anguilles y est canalisée le long d’un couloir étroit vers le détroit de Gibraltar, tandis que certaines espèces de cétacés s’y rassemblent chaque année pour se nourrir.

Dans l’océan Atlantique, un seul événement de prédation a été détecté (sur 5 anguilles enregistrées comme l’ayant atteint). Contrairement à la Méditerranée, il s’est produit sur le plateau continental (mais l’étroitesse du plateau en Méditerranée pourrait expliquer pourquoi ce n’était jamais le cas là-bas). L’enregistrement de la température de la balise laisse penser à un animal ectotherme, comme un requin.

Positions de sortie des 19 anguilles marquées des études 2013 et 2015-16
Positions de sortie (triangles verts) et de sortie des 19 anguilles marquées des études 2013 et 2015-16. Les points montrent les positions finales corrigées de la dérive de toutes les étiquettes, avec un code couleur en fonction de la raison estimée de cette fin. (d’après [Westerberg et al., 2021])

 

Évaluation de la proportion d’anguilles atteignant la mer des Sargasses

Si les résultats de cette étude sont représentatifs, 50% des anguilles argentées migrant depuis la Méditerranée sont perdues lors de leur passage dans les mers d’Alboran et des Baléares. À ce jour, la proportion d’anguilles capables de contribuer au frai est totalement inconnue. L’évaluation de la prédation le long du chemin de migration devrait aider à cette évaluation.

Plus de suivis par télémétrie satellite seraient nécessaires pour mieux estimer le taux de mortalité des anguilles de Méditerranée par prédation, et au final le taux qui atteint les frayères. Ces informations seraient importantes pour améliorer la gestion du stock d’anguilles européennes.

Contacter notre équipe

 

Référence

H. Westerberg, E. Amilhat, M. Wahlberg, K. Aarestrup, E. Faliex, G. Simon, C. Tardye, D. Rightong, 2021: Predation on migrating eels (Anguilla anguilla L.) from the Western Mediterranean, J. Exp. Mar. Biol.  Eco., 544 (2021), 151613, https://doi.org/10.1016/j.jembe.2021.151613