polar bear
18.04.2019 Animaux marins

De nouveaux comportements pour les ours polaires en été

Depuis quelques années, l’un des problèmes majeurs des ours polaires est la diminution spectaculaire de leur habitat, c’est-à-dire de la glace de mer arctique, pendant l’été. Les ours sont alors dans des conditions extrêmes et doivent se rendre sur les terres, car la glace de mer se retire beaucoup trop rapidement vers le nord. Les émetteurs Argos permettent de surveiller les habitats saisonniers, les comportements de groupes familiaux incluant des oursons d’âges variés, ainsi que de femelles isolées.

Depuis 2010, l’Institut d’écologie et d’évolution A. N. Severtsov de l’Académie des sciences de Russie étudie les ours polaires à l’aide de colliers émetteurs Argos. Les études menées en 2018 ont montré que les femelles avec des oursons de l’année quittent leur tanière de reproduction, située sur terre, plus tôt pour passer l’été sur la glace de mer dérivante, près de polynies et de chenaux de la glace de mer.

Sur les îles, ou sur les côtes du continent, on voit souvent des mâles, ou des femelles avec des petits d’un ou deux ans, à la recherche de maigres repas de végétation, de lemmings, d’œufs ou de poussins dans les nids… Ils sont à la recherche de nourriture dans les estuaires ou les chenaux à marée basse, notamment de restes de mammifères marins ramenés par la mer. C’est une période difficile pour les animaux, mais la plupart s’adaptent aux longs séjours à terre. Les animaux les plus vulnérables, qui finissent par mourir d’épuisement, sont des individus solitaires âgés de 2 ou 3 ans qui n’ont pas réussi à s’adapter à temps à vivre et chasser seuls.

Track on Ice of four polar bears (credits A. N. Severtsov Institute of Ecology and Evolution of the Russian Academy of Sciences)
Trajectoires de quatre ourses polaires sur une image satellite visible qui montre la glace (crédits Institut d’écologie et d’évolution A. N. Severtsov de l’Académie des sciences de Russie)

Analyses des suivis

Summer Tracks of two polar bears (credits A. N. Severtsov Institute of Ecology and Evolution of the Russian Academy of Sciences)
Déplacements estivaux de deux ourses polaires (crédits Institut d’écologie et d’évolution A. N. Severtsov de l’Académie des sciences de Russie)

L’utilisation de colliers Argos sur les îles Shokalsky et Vilkitsky en juin 2018 pour étudier les déplacements de deux ourses polaires solitaires a permis de montrer qu’elles se déplacent intensivement entre les îles, nageant 100 à 150 km, en cherchant en permanence de la nourriture.
L’analyse des activités et des déplacements de la femelle équipée sur l’île Shokalsky a par exemple montré qu’un jour après avoir été équipée avec le collier, elle a investigué la partie nord de l’île. Puis elle a nagé vers la péninsule de Yavay, et s’est déplacée de la côte est de cette péninsule jusqu’aux îles près du cap Peschany. Après quelques jours dans la zone, elle est revenue dans la partie sud de l’île Shokalsky. Plus tard, cette femelle fouillait les parties nord-est et nord-ouest de la péninsule de Yavay, se déplaçant principalement le long de la côte, ne s’en éloignant jamais de plus de 1 à 2 km. À la mi-octobre, elle a commencé à migrer vers le nord, mais a attendu la formation de glace sur l’île Shokalsky. Dès que la mer a été gelée, elle a nagé vers la glace fraîche et s’est dirigé vers les hautes latitudes.

Complete track of the polar bear
Trajet complet d’une des ourses polaires
Track of one of the polar bear (2018/06/28, beginning of the tracking) vs ice in Argos web
Trajet de l’ourse le  2018/06/28, au tout début du suivi, superposé à de la concentration de glace dans Argos web
Track of one of the polar bear (2018/09/30, end of Summer) vs ice in Argos web
Trajet de l’ourse le  2018/09/30, à la fin de l’été; superposé à de la concentration de glace dans Argos web
Track of one of the polar bear (2019/01/19, end of the tracking) vs ice in Argos web
Trajet de l’ourse le  2019/01/19, à la fin du suivi, superposé à de la concentration de glace dans Argos web