10.06.2016 Goniomètre

OCÉAN AUSTRAL: À LA RECHERCHE DU GLIDER PERDU

En février 2014, une équipe de recherche de l’université d’East Anglia a déployé deux profileurs sous-marins (de marque Seaglider) dans la mer d’Amundsen, afin d’étudier la salinité, la température et les concentrations d’oxygène de l’eau. Les planeurs sous-marins utilisent le système de communication par satellite Iridium pour la retransmission des données, mais l’équipe universitaire fixe systématiquement une solide balise Argos (SPOT-5) à l’antenne, en cas de problème avec le système Iridium.

Après plusieurs jours, la communication avec l’un des deux planeurs est devenue difficile. Le planeur continuait d’évoluer mais était incapable de transmettre des données et les localisations GPS étaient de moins en moins fiables. Vingt-quatre heures plus tard, le planeur a arrêté d’envoyer des données via Iridium. Seules les localisations Argos continuaient d’être reçues avec un délai de 30 minutes via ArgosWeb. Préparée à un scénario de ce type impliquant la perte de la communication avec un planeur, l’équipe scientifique avait emporté du matériel de recherche, y compris le goniomètre Argos de CLS (RXG134).

Retrouver le planeur sous-marin dans une mer de glace 

Pour réduire le temps passé en mer, les officiers de quart ont utilisé les informations provenant d’une antenne directionnelle Skymast conjointement avec les signaux du goniomètre Argos de CLS et avec les mesures de l’orientation du vent, afin d’évaluer grossièrement la position et de commencer une recherche par étapes successives. Au fur et à mesure que le navire s’est rapproché de la dernière localisation Argos transmise, l’antenne directionnelle est devenue de moins en moins fiable. Mais le goniomètre Argos de CLS s’est avéré très utile car, en recevant deux positionnements Argos en 15 minutes, il a permis de confirmer au commandant et à l’équipage qu’ils étaient sur la bonne voie.

De la persévérance et un matériel de qualité 
Le planeur sous-marin a été retrouvé au bout de trois heures et demie d’efforts intensifs, dans des conditions difficiles, notamment des températures en dessous de zéro et des eaux parsemées d’icebergs. L’antenne du planeur a été retrouvée logée dans un bloc de glace mais le planeur sous-marin n’était pas endommagé par ailleurs. Grâce à l’émetteur Argos SPOT 5 fixé à l’antenne, combinant de manière astucieuse des technologies de radiogoniométrie, et à la persévérance de l’équipe, le Seaglider et ses précieuses données ont été retrouvés.

Utilisateur: Bastien Queste

Organisme: Centre for Ocean and Atmospheric Sciences, Université d’East Anglia