FAQ localisation Argos

What you need to know to start your program and enhance it !

General questions

Comment fonctionne la localisation Argos par effet Doppler ?

Chaque fois qu’un satellite passe au dessus d’une plate-forme, il collecte les messages qu’elle transmet et mesure avec précision la fréquence des signaux reçus. Les messages et les fréquences mesurées sont transmis aux centres de traitement Argos par le biais de stations sol. Les centres calculent ensuite la localisation de la plate-forme au moment du passage avec une précision d’environ 150 mètres.
Les localisations Argos sont ensuite calculées en mesurant l’effet Doppler sur les signaux transmis. Il s’agit du changement de fréquence d’une onde acoustique ou d’une onde électromagnétique lorsqu’un émetteur et un récepteur sont en mouvement l’un par rapport à l’autre. Par exemple, le changement du son que vous entendez lorsqu’un train s’approche puis s’éloigne. De la même manière, lorsque le satellite ” s’approche ” d’un émetteur, la fréquence du signal mesurée par le récepteur satellite est supérieure à la fréquence transmise réelle alors que lorsqu’il s’éloigne, elle est inférieure.

Comment utiliser un récepteur GPS avec Argos ?

Vous avez la possibilité de connecter un récepteur GPS à votre plate-forme Argos. Les positions collectées par ce récepteur GPS à des intervalles prédéfinis seront codées dans des messages Argos et transmises vers les centres de traitement Argos. Plusieurs positions peuvent être stockées dans un seul message, le nombre total de positions dépendant de l’encodage et de la précision requise (à quelques mètres près pour la précision GPS la plus fine).
Les positions GPS peuvent être décodées, validées et distribuées au même format que les localisations Argos. La localisation Argos par effet Doppler peut toujours être utilisée comme système de secours lorsque la plate-forme ne peut pas recevoir les signaux GPS.

A quel moment opter pour le GPS ?

L’utilisation d’un GPS en plus des localisations Doppler est utile si :
– vous avez besoin de localisations à des intervalles réguliers, par exemple 24 fois par jour, calculées toutes les heures (en général, les localisations Doppler sont espacées de manière irrégulière sur la journée)  – vous avez besoin de localisations supplémentaires ou fréquentes  – vous avez besoin d’une meilleure précision de localisation  – les satellites ne reçoivent que quelques-uns de vos messages à chaque passage de votre émetteur (si votre plate-forme est dans une position défavorable, par exemple au creux d’une vallée).  La plupart des constructeurs de systèmes Argos fournissent des émetteurs équipés de récepteurs GPS.

Que faire si 2 ou 3 messages seulement sont envoyés par mon émetteur pour chaque passage satellite ?

Si votre plate-forme émet dans des conditions difficiles et si seuls quelques messages sont collectés à chaque passage satellite, vous devez demander la Localisation Service Plus (Traitement de localisation auxiliaire). Ce service sera en mesure de vous fournir des localisations calculées à partir de 3 ou 2 messages (respectivement des localisations de classe A ou B), ce qui vous permet d’obtenir un plus grand nombre de localisations.

Que faire si un seul message est envoyé par mon émetteur pour chaque passage satellite ?

Nous avons développé un nouvel algorithme qui combine les données de plusieurs passages satellite successifs ou simultanés et qui vous permet de localiser des émetteurs qui se déplacent lentement ou qui sont à l’arrêt et qui envoient un seul message par passage satellite. Ce service est disponible sur demande. Veuillez prendre contact votre Service utilisateurs pour plus d’informations.

How can I locate a lost bird transmitter or a damaged floating device?

We have developed a new algorithm that combines data from several overlapping or close satellite passes and allows you to locate slow-moving or still transmitters that send just one message per satellite pass. Currently this service is available upon request only, but it will be available for everyone in 2007. Please contact your User Services for more information.

Comment localiser ma plate-forme avec Argos où qu’elle soit ?

Argos peut suivre des plates-formes déployées dans le monde entier et transmettre leurs positions aux utilisateurs. Les plates-formes peuvent être fixées sur tout objet fixe ou mobil : une bouée océanique, un camion, un ours, un oiseau ou un voilier. L’effet Doppler permet de localiser les plates-formes Argos avec une précision pouvant aller jusqu’à 150 mètres.

– Les localisations Doppler conviennent particulièrement bien aux émetteurs compacts de faible puissance dans des environnements radio difficiles. Les satellites parviennent à capter les signaux émis par des balises dans des conditions extrêmes, par exemple dans une forêt dense (tropicale) ou dans un parc de conteneurs empilés.

– Il est possible d’ajouter un GPS en option à une plate-forme Argos. Dans le cas d’applications qui nécessitent une plus grande précision, la localisation GPS peut s’ajouter aux localisations Doppler. Le GPS permet d’obtenir une précision supérieure à 100 mètres et peut fournir des positions régulières.

How can I locate my platform with Argos?

Argos can track platforms anywhere in the world, supplying positions to users around the globe. Platforms can be attached to practically any type of physical object, for example: an ocean buoy, a truck, a bear, a bird, or a sailboat. Argos platforms are located by using the Doppler Effect which gives an accuracy of up to 150 meters.

Doppler locations are good for compact, low-power transmitters and in difficult radio environments. The satellites receive the signals sent even in extreme conditions such as a platform transmitting from a dense rainforest or from transmitters attached to stacked containers.

As an option, GPS can be added to an Argos platform. Applications that require more accuracy can use GPS fixes in addition to Doppler locations. GPS allows an accuracy better than 100 meters and can provide regular positions.

How does Argos Doppler-derived location work?

Each time a satellite passes over a platform it collects messages transmitted by your platform and accurately measures the frequency of the received signals. Messages and measured frequencies are relayed to the Argos processing centers via ground stations. The centers then calculate the location of the platform for this given pass, accurate to within 150 meters.

Argos positions are calculated by computing the Doppler shift on the transmitter signals. This is the change in frequency of a sound wave or electromagnetic wave when a transmitter and a receiver are in motion relative to each other. The classic case is the change in the sound you notice when a train approaches and moves away. Similarly, when the satellite “approaches” a transmitter, the frequency of the signal measured by the satellite receiver is higher than the actual transmit frequency, and lower when it moves away.

How can I use a GPS receiver with Argos?

You can interface a GPS receiver to your Argos platform. GPS fixes collected by this receiver at pre-set intervals will be coded in Argos messages and relayed to the Argos processing centers. Several fixes can be stored in a single Argos message; the total number depends on the coding and the required accuracy (up to a few meters for full GPS accuracy).

GPS fixes can be decoded, validated and distributed just like Argos locations.

Argos Doppler derived locations can still be used as a back-up in case GPS signals cannot be received by the platform.

Location processing

Dans quelles conditions la classe de localisation Argos peut-elle être surestimée ?

Lorsque l’ellipse d’erreur est très aplatie ou en d’autres termes dès lors que l’ellipticité du rayon d’erreur est  supérieur à 10%. Ce phénomène se produit principalement lorsque la distance entre la trace du satellite au sol et la balise est faible (passage zénithal) ou très grande (passage rasant). Cela peut se produire aussi lorsque les mesures de fréquence ne sont pas réparties de façon homogène durant le passage.

In which cases are Argos class locations overestimated?

This happens when the error ellipse has a strong eccentricity (when the error radius ellipticity is greater than 10%). This mainly happens in two cases:

–          When the distance between the sub-satellite track and the PTT is small

–          When that distance is very large

It can also happen when frequency measurements are not homogeneous during the satellite pass.

If no location was validated, for a given pass, does it mean both possible locations are bad?

No, because in some cases we cannot apply all plausibility tests and only two or less tests are left for the matching: 

  • For class A or B locations we have no residual error value, so this test cannot be applied.
  • The frequency continuity test is not applied if the dates of new and previous locations are too far apart (platform type dependant), as the transmission frequency may experience large drifts over longer periods. 
  • The speed test does not make sense if the new and previous locations are separated by a long time period (the threshold is two days for drifters, birds and land animals, 4 days for marine animals, 11 days for an ARGO float).

As an example, a class A or B location just after a long transmit switch-off period cannot be validated at the first satellite pass because just one test is left: the minimum displacement from the previous location.

Comment fonctionne le calcul d’une localisation ?

Calculation diagram (click to enlarge)

Si le satellite reçoit au moins quatre messages, le processus de calcul de la localisation s’effectue en 5 étapes.

– Etape 1 : Une première estimation de la position de la plate-forme est calculée à partir de la dernière fréquence calculée de l’émetteur d’une part, et du premier et du dernier messages reçus au cours d’un même passage du satellite. L’intersection des cônes pour ces deux messages avec le rayon terrestre, plus la hauteur déclarée de l’émetteur (sphère d’altitude) fournit deux localisations possibles.

 

cone diagram (click to enlarge)

– Etape 2 : Pour chaque localisation, l’analyse des moindres carrés permet d’affiner les estimations de la position de l’émetteur et de la fréquence d’émission. Si cette analyse échoue, le processus de calcul de la localisation ne peut pas se poursuivre et aucune localisation n’est trouvée.

– Etape 3 : La localisation qui présente l’erreur résiduelle la plus faible est choisie et sa vraisemblance est vérifiée.

– Etape 4 : Quatre tests de vraisemblance sont utilisés pour valider la localisation :

  • l’erreur résiduelle minimale,
  • la continuité de la fréquence d’émission,
  • le déplacement minimal (la plus courte distance couverte depuis la dernière localisation),
  • la vraisemblance de la vitesse entre les localisations.

Deux tests doivent être positifs pour valider la localisation. Si la première localisation échoue à plus de deux tests, effectuer alors les même tests pour la deuxième localisation possible. Si les deux localisations échouent à plus de deux tests, la localisation est alors rejetée (Classe Z).

– Etape 5 : Une classe de localisation (estimation de la précision de localisation) est calculée à l’aide de l’erreur résiduelle et des caractéristiques de passage du satellite.

 

Pourquoi j’obtiens une mauvaise localistion ?

Au cours du processus de calcul de la localistion (voir ci-dessus), le système de traitement sélectionne occasionnellement d’autres localisations possibles (la localisation miroir) à l’étape 3. Dans ce cas, il s‘agit d’une mauvaise localisation. Le risque est moins de 1 %.

Je n’ai aucune localisation pour un passage de satellite donné. Pourquoi ?

 - Le satellite a reçu moins de 4 messages de votre plate-forme au cours de son passage et vous n’êtes pas abonné au service Loc plus/ALP 
– Si vous avez souscrit le service Loc plus/ALP et que le satellite a reçu moins de 2 messages de votre plate-forme au cours de son passage 
– le processus de localisation a échoué 
– Votre plate-forme a été localisée mais les tests de vraisemblance ont rejeté les deux localisations possibles (Classe Z) 
– Le processus de localisation nécessite une localisation précédente, ou la première localisation comme référence pour valider les localisations calculées. Si elles ne sont pas disponibles (si vous venez d’allumer votre émetteur ou si votre dernière localisation date de plus de 30 jours), les localisations calculées ne peuvent pas être validées. Cependant, elles seront utilisées comme référence pour valider les prochaines localisations. 
– La classe de localisation calculée par le système est inférieure à celle dont vous avez besoin. Par exemple, les localisations de Classe 0 ne sont pas toujours fournies (en fonction des applications) si vous ne les avez pas demandées.

Pourquoi j’obtiens des localisations de classes différentes mais présentant des horodatages identiques ou très proches ?

Pour un même passage de satellite au-dessus de votre émetteur (Platform Transmitter Terminal – PTT), nous recevons souvent plusieurs ensembles de données collectées par les antennes régionales (temps réel) et mondiales. Les ensembles de données régionales contiennent des messages reçus de votre PTT lorsque le satellite voit A LA FOIS votre PTT et l’antenne locale. L’ensemble de données mondiales contient TOUS les messages reçus par le satellite au cours de son vol au-dessus de votre PTT, soit encore plus de messages. TOUS les ensembles de données reçus sont traités dès leur arrivée. Si le calcul de la localisation mondiale présente une classe de localisation supérieure au calcul en temps réel, il remplace ce dernier calcul dans notre base de données. Le nouvel horodatage peut être (légèrement) différent puisqu’il correspond au moment central du passage du satellite qui varie avec le nombre de messages considérés. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Quels sont les tests de vraisemblance ? Comment sont-ils utilisés ?

Quatre tests de vraisemblance sont utilisés pour valider la localisation de votre plate-forme. (Pour plus d’informations, voir la question ci-dessus « Comment fonctionne le calcul d’une localisation ? »). La localisation est validée si au moins deux tests de vraisemblance sont réussis.

The plausibility tests are performed ” against ” the other location candidate:

– Test 1 : erreur résiduelle. Ce test compare l’erreur résiduelle des deux localisations possibles et choisit la localisation qui présente l’erreur résiduelle la plus faible.

– Test 2 : continuité de la fréquence. Ce test compare la fréquence d’émission des deux localisations possibles à la fréquence d’émission calculée pour la dernière localisation et choisit la localisation dont la fréquence s’en approche le plus.

– Test 3 : déplacement minimal. Ce test compare la distance entre chacune des deux localisations possibles et la dernière localisation et choisit la localisation la plus proche.

– Test 4 : vitesse de la plate-forme. Ce test vérifie que la vitesse de la plate-forme déduite à partir de la nouvelle localisation et de la localisation précédente est inférieure à la vitesse maximale déclarée par la plate-forme.

Si aucune localisation n’est validée pour un passage donné, cela signifie-t-il que les deux localisations possibles sont mauvaises ?

 Non, car dans certains cas nous ne pouvons pas effectuer tous les tests de vraisemblane et il ne reste plus que deux tests pour établir la correspondance.

– Pour les localisations de classe A et B nous n’avons aucune valeur d’erreur résiduelle. Ce test ne peut donc pas être effectué.
– Le test de la continuité de fréquence n’est pas effectué si l’intervalle entre la nouvelle localisation et la dernière localisation est supérieur à 12 heures, puisque la fréquence d’émission peut subir d’importantes dérives de fréquence sur des longues périodes. 
– Le test de vitesse n’a aucun sens si l’intervalle entre la nouvelle localisation et la dernière localisation est long (le seuil est de deux jours pour les bouées dérivantes, les flotteurs, les oiseaux et les animaux terrestres, et de 4 jours pour les animaux marins) 
Par exemple, une localisation de classe A,B suivant immédiatement une longue période d’interruption de l’émission ne peut être validée au premier passage du satellite car seul un test est possible : le déplacement minimal depuis la dernière localisation.

Comment cela se passe-t-il lorsque 2 ou 3 messages seulement sont collectés ?

– 2 messages fournissent, si les calculs réussissent, une localisation de classe B. La localisation est la première estimation obtenue des calculs géométriques (voir FAQ «Comment fonctionne le calcul d’une localisation ? », étape 1). La fréquence d’émission utilisée est la dernière fréquence calculée pour la dernière localisation réussie (avec au moins 3 messages). C’est pourquoi, lorsque cette dernière localisation est ancienne, la nouvelle localisation est généralement de mauvaise qualité.

– 3 messages fournissent, si les calculs réussissent, une localisation de classe A. La méthode de traitement de 3 messages est équivalente à la méthode de traitement de 4 messages ou plus mais le nombre est insuffisant pour calculer l’erreur résiduelle (3 équations ne peuvent pas résoudre les 3 inconnues que sont la latitude, la longitude et la fréquence).

Location accuracy

Quelle est la signification des classes de localisation ?

 Les classes de localisation fournissent des informations sur le traitement et la précision de la localisation.

– les classes 0, 1, 2 et 3 indiquent que la localisation a été obtenue à partir d’au moins 4 messages et fournit l’estimation de la précision ; 
– la classe A indique que la localisation a été obtenue à partir de 3 messages ; 
– la classe B indique que la localisation a été obtenue à partir de 2 messages ; 
– la classe G indique que la localisation est une position GPS obtenue à partir du récepteur GPS fixé à la plate-forme. La précision est inférieure à 100 mètres. 
– la classe Z indique que le processus de localisation a échoué. 

La précision ne peut pas être estimée pour les classes A & B (nombre de messages insuffisant).

Quelle est la précision des localisations par effet Doppler ?

La précision de la localisation varie en fonction des conditions géométriques des passages du satellite, de la stabilité de l’oscillateur de l’émetteur, du nombre de messages reçus et de leur répartition au cours du passage. Vous pouvez ainsi obtenir des localisations réparties en différentes classes au cours de la durée de vie d’un émetteur donné. La précision et Les valeurs associées aux classes sont les suivantes : 
– Classe 3 : précision inférieure à 150 m sur les deux axes, 250 m de rayon 
– Classe 2 : précision inférieure à 350 m, 500 m de rayon 
– Classe 1 : précision inférieure à 1 000 m, 1 500 m de rayon 
– Classe 0 : précision supérieure à 1 000 m, 1 500 m de rayon 
Ces estimations s’entendent à un sigma.

Quelle est la précision de l’estimation de l’erreur ?

Nos expériences avec différents ensembles d’émetteurs fixes ou mobiles à faible vitesse ont montré une correspondance correcte avec les estimations de l’erreur. Mais dans quelques cas, les utilisateurs ont signalé des différences importantes. Le traitement de l’estimation de l’erreur dépend en partie de la stabilité de la fréquence de l’émetteur ou du mouvement de la plate-forme qui se traduit également par une dérive de fréquence. Cela suppose que la fréquence est « presque » stable au cours du passage du satellite. Par conséquent, l’instabilité de l’oscillateur ou un déplacement rapide de la plate-forme peut entraîner une sous-estimation de l’erreur.

Quelle est la précision des localisations de classe 0 ?

L’estimation de l’erreur pour les localisations de classe 0 est supérieure à 1,5 km. 

L’estimation de l’erreur (rayon) pour ces localisations est supérieure à 1500 m, sans limite supérieure – l’erreur peut être de 50, 100 ou 500 km. 
Concrètement, il existe deux catégories de localisations de classe 0 :

  • Les localisations présentant une erreur inférieure à 10 km environ (généralement, la plate-forme est proche de la trace du satellite ou des instabilités de la fréquence aléatoire sont observées entre les messages).
  • Des localisations très imprécises présentant des erreurs supérieures à 50 km qui correspondent à des instabilités inattendues de l’oscillateur.

En connaissant le rayon de l’erreur, il est possible de séparer ces deux catégories et d’apprécier une classe 0 de qualité moyenne. La nouvelle chaîne de traitement indiquera à terme ce rayon.

Quelle est la précision des localisation de classe A et B (données concrètes sur les classes A et B) ?

Les localisations de classe A et B peuvent être précises. Nous ne pouvons pas indiquer leur précision puisque nous avons besoin de plus de messages pour estimer l’erreur. Nous pouvons juste dire que les localisations de classe A sont généralement plus précises que celles de classe B car la fréquence d’émission a été calculée, ce qui améliore le traitement. Certains utilisateurs ont essayé de manière expérimentale de répondre à cette question et ils ont formulé des hypothèses intéressantes. Nous sommes convaincus que des approches de ce type aideront à fournir des informations utiles pour améliorer l’utilisation pratique de ce type de localisations.

Quel est l’impact de l’altitude de la plate-forme ?

Le calcul de la localisation suppose que la plate-forme se situe à une altitude prédéfinie et fixe. Une erreur d’altitude de la plate-forme se traduit par une erreur variant entre 0,5 et 4 fois cette erreur sur la longitude. 
Remarque : La commande MOD permet de mettre jour la valeur de l’altitude de votre plate-forme.

Quel est l’impact du mouvement de la plate-forme ?

Le mouvement de la plate-forme diminue la précision des localisations par effet Doppler. 
Du point de vue du traitement, le mouvement de la plate-forme s’apparente à une dérive de fréquence. Le mouvement introduit une dérive Doppler supplémentaire qui est intégrée au signal de fréquence mesuré par le satellite. Cela entraîne une déformation de la courbe Doppler idéale qui serait obtenue avec une plate-forme fixe et un oscillateur stable. Par conséquent, l’erreur résiduelle est supérieure et la précision est moindre.

Quel est l’impact d’une dérive de fréquence de l’émetteur TX ?

Les instabilités à court terme de l’oscillateur de l’émetteur déforment la coube Doppler. S’il l’est peu aux instabilités aléatoires, le calcul de la localisation est sensible à la dérive de fréquence qui produit le même effet que le déplacement de la plate-forme. Par conséquent, la localisation est moins précise et, dans le cas d’un oscillateur très instable, aucune localisation ne sera possible.

La vitesse est-elle prise en compte dans le calcul ?

Lorsque la dernière localisation date de moins de 12 heures, la vitesse de la plate-forme mobile est estimée à partir des localisations possibles et de la dernière localisation. Le calcul est à nouveau effectué en tenant compte de la vitesse estimée de la plate-forme et si les résultats sont meilleurs, celui de la nouvelle localisation est conservé. Le logiciel tente, s’il le faut, d’améliorer le résultat en considérant que la plate-forme mobile s’est déplacée à vitesse constante depuis la dernière localisation

Cette tentative est effectuée lorsque le test de vitesse maximale est réalisé et, pour assurer la validité de l’hypothèse de vitesse moyenne, lorsque l’intervalle de temps est de 0,5 à 3,5 heures entre les deux localisations.

Le nombre de messages reçus permet-il d’augmenter la précision ?

En général oui, mais par toujours : 
– les émetteurs et les antennes doivent être réglés de manière à recevoir au moins 4 messages à chaque passage de satellite pour que l’estimation de la précision puisse être indiquée ; 
– les localisations réalisées à partir de 3 messages sont généralement plus précises que celles réalisées à partir de 2 messages ; 
– Un nombre plus important de messages mal répartis au cours du passage (c’est à dire à la même extrémité de la courbe Doppler) n’est pas favorable ; 
– L’obtention de plus de 6 messages, par exemple, bien répartis au cours du passage du satellite n’aura pas beaucoup d’incidence. La stabilité de l’oscillateur est donc le paramètre essentiel.

Accessing location results

Je n’obtiens aucune localisation avec mes commandes COM & PRV. Est-ce que j’ai accès à ces commandes ?

Les commandes COM et PRV vous indiquent les localisations validées (voir FAQ surles tests de vraisemblance ci-dessus). Vous pouvez toujours trouver ces deux localisations possibles qui résultent du calcul de localisation à l’aide de la commande PRV/C ou DIAG, à moins que le calcul ait échoué (classe Z). La meilleure localisation possible figure en première position. Remarque : pour accéder à ces commandes, vous devez être abonné au service Location Service Plus (ALP).

I don’t get any locations with my COM & PRV commands, do I have any?

COM and PRV commands provide you with the validated locations (see Plausibility testFAQ above). You can always find the two location candidates resulting from the location calculation by using PRV/C or DIAG command, unless the calculation failed (class Z). The best candidate is shown in the first position.

Note: to access these commands, you need to subscribe to the Location Service Plus (ALP) service.

Diagnostic tools

Outils de diagnostics

Les utilisateurs peuvent obtenir plus d’informations sur le traitement de la localisation et la performance de l’émetteur en consultant la commande DIAG. Cette commande est fournie par l’option du service Location Plus/ALP. CLS/SAI a développé des outils « maison » pour fournir des explications spécialisées supplémentaires sur le processus de calcul des localisations ARGOS. Ces outils peuvent être utilisés sur demande dans des cas spécifiques.

Diagnostic tools

Users can obtain further information on location process and transmitter performance by consulting DIAG command. Users can access DIAG information via ArgosWeb in theConsultation/Data Table section (display Diagnostic Data by clicking on this icon , then selecting Diagnostic data) or from the Data Download screen (display diagnostic data by clicking on Diagnostic data). These parameters are available in a clearly identified table.

CLS/CLS America have developed “in house” tools to provide some additional expert explanations on the Argos location calculation process. These tools may be used upon request in some dedicated cases.

Enhancing performance, sources of errors

L’augmentation du taux de répétition suffit-elle à obtenir de meilleurs résultats ?

L’augmenter du taux de répétition devrait augmenter le nombre de messages reçus et augmenter ainsi les chances d’obtenir des localisations plus nombreuses et plus précises. Cependant, cette augmentation a un impact sur la consommation d’énergie et n’est pas toujours appropriée (voir FAQ ci-dessus ainsi que la question « Le nombre de messages reçus permet-il d’augmenter la précision ? »). Vous devez tenir compte dans votre démarche de la puissance d’émission, du cycle de fonctionnement et plus particulièrement de la fréquence, tous ces paramètres ayant un impact très important sur la performance globale.

Comment puis-je à présent obtenir plus de localisations de ma plate-forme ?

 - Si vous ne l’avez pas encore fait, abonnez-vous au service multisatellite qui vous fournira des localisations supplémentaires d’après la constellation complète de satellites Argos.
– Demandez à votre bureau technique de fournir les localisations de classe 0, vous obtiendrez ainsi des localisations calculées à partir d’au moins 4 messages avec une précision inférieure à 1 000 m. 
– Abonnez-vous au service Location Service Plus (ALP) si ce n’est déjà fait. Vous obtiendrez des localisations supplémentaires calculées à partir de 2 ou 3 messages.

Comment puis-je obtenir plus de localisations pour mes prochains besoins ?

– Si la puissance et la taille le permettent, utilisez une plate-forme Argos+GPS.
– Augmentez le nombre de messages collectés et ainsi le nombre de localisations en définissant la puissance d’émission correcte et le canal de fréquence avec votre fabricant et nous-même. A noter qu’il existe trois canaux réservés aux émetteur de faible puissance. Dans ces canaux, les signaux de faible puissance ne sont pas en concurrence avec les signaux de forte puissance. Il est donc possible de recevoir plus de messages.
– Si votre plate-forme ne transmet pas en continu, ajustez le cycle de fonctionnement de l’émetteur avec votre fabricant et nous-même ; certaines localisations peuvent être perdues simplement car le mode passif est trop long et la durée d’émission trop courte.

Comment puis-je améliorer la précision de mes localisations ?

 - Si la puissance et la taille le permettent, utilisez une plate-forme Argos+GPS. C’est d’autant plus intéressant si votre plate-forme se déplace à grande vitesse.
– Si un nombre suffisant de messages est reçu (au moins 4), la stabilité de l’oscillateur devient l’élément essentiel. Choisissez l’émetteur le plus stable pour votre besoin. 
– Si vous obtenez un ensemble de localisations de classes A et B, votre premier objectif sera d’améliorer le nombre de messages reçus par le satellite pour obtenir plus de classes 0, 1, 2, 3. Ajustez la puissance d’émission, la fréquence et le cycle de fonctionnement de l’émetteur avec votre fabricant et nous-même. En parallèle, essayez de trouver des émetteurs stables pour augmenter vos chances d’obtenir des localisations de classe 2 et 3. A noter que la stabilité s’obtient plus difficilement avec des émetteurs miniaturisés.

How can I get more locations from my platform now?

If you haven’t done so, subscribe to the multisatellite service, which will provide you with additional locations resulting from the complete Argos constellation.

Ask your User Office to provide you with class 0 locations; you will get locations computed with 4 messages or more with an accuracy of less than 1000 m.

Subscribe to the Location Service Plus (ALP), if you haven’t done so yet. You will get additional locations computed with 2 or 3 messages.

How can I get more locations for my future applications?

If power and size constraints allow, use an Argos+GPS platform.

Increase the number of messages collected (and hence the locations) by working with your manufacturer and us to define proper transmitter power and frequency channel allocation. Note that there are three dedicated channels for low-power transmitters. In these channels low-power signals don’t compete with high power signals, so more messages can be collected.

If your platform does not transmit permanently, work with your manufacturer and us to adjust the transmitter duty cycle; some locations may be lost just because the silent mode is too long and transmission time too short.

How can I improve the accuracy of my locations?

If power and size constraints allow, use an Argos+GPS platform, this is particularly interesting if your platform travels at high speed.

If enough messages are collected (4 or more), the key issue is the oscillator stability. Select the most stable transmitter for your application.

If you are getting a lot of class A and B locations, your first target will be to increase the number of messages collected by the satellite to get more 0, 1, 2, 3 classes. Work with your manufacturer and us to tune the transmitter power, frequency allocation and duty cycle.

In parallel, try to go for stable transmitters to enhance your chances to get class 3 and 2 locations. Note that stability is harder to achieve on miniaturized transmitters.

Will I get better results just by increasing the rep rate?

Increasing the repetition rate should increase the number of messages collected, thus giving you better chances to get more locations and better accuracy. Yet, this has an impact on power consumption and is not always appropriate (see FAQ above and also “Does accuracy increase with the number of messages received“). You should consider in your approach all the parameters such as transmit power, duty cycle and especially the frequency allocation, all of which have a very significant impact on the overall performance.

Location Algorithm

Need to make a decision regarding which algorithm is best for your application ?

Argos user community must choose between two location processing algorithms. Here are links to the documents that will help you make a decision regarding which algorithm is best for your application.

Technical paper :

KALMAN :

Argos FLASH :

User manual :