Wandering albatross chick shortly before fledging at Bird Island (South Georgia), fitted with an Argos PTT (Credit BAS)
22.06.2020 Oiseaux

Argos aide à évaluer les risques de prises accidentelles d’oiseaux de mer par les pêcheries

Avec plus de trente ans de télémétrie par satellite Argos, les grandes quantité de données qui se sont accumulées peuvent être utilisées dans des études variées et à grande échelle. La mortalité accidentelle (prises accessoires) par les pêcheries menace les oiseaux de mer de l’océan Austral tels que les albatros et les pétrels. Les données du système Argos peuvent être combinées avec d’autres données de suivi pour des analyses complètes des recouvrements entre les zones de pêches et celles d’alimentation des oiseaux de mer.

Photo : un jeune albatros hurleur juste avant son envol sur Bird Island (Géorgie du Sud), équipé d’un émetteur Argos (Crédits BAS)

L’une des applications les plus actuelles de la télémétrie par satellite consiste à évaluer les zones utilisées conjointement par les animaux marins et par les flottes de pêche afin de comprendre les risques potentiels.

Le rôle vital des oiseaux de mer

Les oiseaux de mer ont une longue durée de vie, leur maturité est tardive et leur taux de reproduction faible, ce qui rend leurs populations sensibles même à de faibles augmentations de la mortalité. Les oiseaux de mer peuvent avaler des hameçons de palangre appâtés ou se cogner aux chaînes des chaluts ou autres câbles. La gestion écosystémique de la pêche implique à la fois de minimiser les prises accidentelles d’espèces non ciblées et d’établir une exploitation durable des stocks cibles. En tant que prédateurs des niveaux trophiques supérieurs, les oiseaux de mer jouent un rôle vital dans l’écosystème océanique et leur déclin peut avoir un impact majeur sur le cycle des nutriments. Des réglementations peuvent être mises en place pour réduire les prises accidentelles d’oiseaux de mer, mais elles doivent être appliquées. Bien que la gestion de certaines pêcheries se soit considérablement améliorée au cours des deux dernières décennies, les oiseaux de mer sont si nombreux que la menace peut persister ailleurs. Par exemple, bien que le risque pour les populations d’importance mondiale d’albatros et de pétrels qui se reproduisent en Géorgie du Sud ait été minime dans les pêcheries locales depuis le début des années 2000, les populations restent en forte diminution en raison des prises accidentelles dans d’autres parties de leur aire de répartition.

Les taux de prises accidentelles d’oiseaux de mer dépendent d’une part de la répartition, du type et de l’ampleur de l’effort de pêche, et d’autre part de la répartition et des préférences d’habitat des oiseaux. En outre, la plupart des suivis d’oiseaux de mer se sont concentrés sur les adultes nicheurs, et nous manquons toujours de telles informations sur les autres stades du cycle de vie (nicheurs échoués, juvéniles et immatures).

Analyse d’une base de données de suivis

Une vaste base de données de suivis partant de Bird Island (Géorgie du Sud, Atlantique Sud), comprenant 1 692 suivis (dont beaucoup venant de la télémétrie par satellite Argos, comme dans Suivre de jeunes albatros à tête grise ) pour 788 individus de tous âges appartenant à quatre espèces d’oiseaux de mer différentes, a été analysée en relation avec les activités de pêche à la palangre et au chalut dans l’océan Austral. Les principaux objectifs étaient de déterminer où et quand les oiseaux étaient les plus menacés par les prises accidentelles, et par quelles flottes. Ces quatre populations reproductrices – les albatros à tête grise (Thalassarche chrysostoma), à sourcils noirs (Thalassarche melanophris) et hurleurs (Diomedea exulans), et les puffins à menton blanc (Procellaria aequinoctialis) – sont considérées comme hautement prioritaires à protéger  en raison de leur importance mondiale et de la rapidité de leur déclin. La distribution mensuelle au niveau de la population a été estimée à partir des données de suivi, en pondérant chaque étape du cycle de vie en fonction de modèles démographiques.

.

Composite year-round distribution of (top to bottom) grey‐headed, black‐browed and wandering albatrosses, and white‐chinned petrels from South Georgia based on monthly distributions in 5 × 5° squares. Colour scale indicates percentage of the population in each grid cell. [Clay et al., 2019]
Répartition composite sur toute l’année des albatros à tête grise, à sourcils noirs et hurleurs (de haut en bas) et des puffins à menton blanc de Géorgie du Sud, basée sur des répartitions mensuelles en carrés de 5 × 5°. L’échelle de couleurs indique le pourcentage de la population dans chaque cellule de la grille. [Clay et al., 2019]

 

 

Risques de prises accidentelles d’oiseaux de mer

Les résultats montrent que le chevauchement entre les distributions en mer des oiseaux et la pêche à la palangre est le plus élevé pour les albatros à sourcils noirs, tandis que pour les pêches au chalut, il est plus élevé pour les pétrels à menton blanc. Géographiquement, les oiseaux sont localisés sur les zones de pêche de tous les bassins océaniques, mais plus particulièrement celles des flottes de palangriers et de chalutiers dans l’Atlantique Sud, et des flottes de palangriers dans le sud-ouest de l’océan Indien. Il a été possible de déterminer quelles flottes pêchent le plus sur les zones où les oiseaux ont été localisés, et présentent donc le plus grand risque potentiel de prises accidentelles. Le recouvrement de ces zones est également fortement saisonnier.

Annual overlap with pelagic and demersal longline and trawl fisheries averaged across months and years for each species (black‐browed, grey‐headed and wandering albatrosses, white‐chinned petrels) [Clay et al., 2019]
Recouvrement annuel des zones de pêches pélagiques et démersales à la palangre et au chalut et des zones où les oiseaux de mer ont été localisés, calculées en moyenne sur plusieurs mois et années pour chaque espèce (albatros à sourcils noirs, à tête grise et hurleurs, puffins à menton blanc) [Clay et al., 2019]

 

 

 

 

L’évaluation des risques de prises accidentelles est cruciale pour élaborer des stratégies d’atténuation efficaces. Grâce à l’utilisation de vastes ensembles de données de suivis existantes, ces évaluations peuvent être réalisées dans n’importe quelle région du monde, et pour de nombreuses espèces. Elles peuvent également être mises à jour au fur et à mesure que de nouvelles données sont disponibles. Ceci devrait permettre d’évaluer les risques, de s’assurer que les réglementations sont appropriées, d’améliorer le suivi des taux de prises accidentelles, et de faire respecter la réglementation.

 

Référence

  • Thomas A. Clay, Cleo Small, Geoffrey N. Tuck, Deborah Pardo, Ana P. B. Carneiro, Andrew G. Wood, John P. Croxall, Glenn T. Crossin, Richard A. Phillips, 2019: A comprehensive large‐scale assessment of fisheries bycatch risk to threatened seabird populations, Journal of Applied Ecology 56, 1882-1893. DOI: 10.1111/1365-2664.13407