milan royal
31.03.2022 Oiseaux

L’hivernage en Espagne de milans royaux

Les milans royaux sont des rapaces de taille moyenne, partiellement migrateurs. Ils hivernent souvent en Espagne, mais leur comportement dans ce pays et pendant les périodes de non-reproduction n’a pas été étudié en profondeur à l’aide de la télémétrie par satellite. Une équipe a utilisé des émetteurs pour mieux comprendre cette saison pour ces rapaces, et envisager ce qu’il adviendra d’eux dans un contexte de changement climatique.

Photo: un milan royal (copyright: Vicente Urios)

 

Le milan royal (Milvus milvus) est un rapace de taille moyenne, partiellement migrateur. Les milans chassent généralement de petits animaux, mais ils ont aussi des habitudes de charognards. Cela peut constituer un problème majeur en raison de l’empoisonnement de certains des animaux retrouvés morts.

On le trouve principalement en Europe, où il se reproduit dans 17 pays. Dans certains d’entre eux, comme l’Espagne, la population est considérée comme « en danger ». En attendant, l’Espagne semble être la principale destination de la migration hivernale, même si de plus en plus de milans royaux sont observés dans d’autres pays pendant cette saison (ayant migré là-bas, ou étant sédentaires).

 

L’écologie spatiale des milans royaux a été principalement étudiée pour la saison non reproductive en utilisant des observations de terrain. La télémétrie par satellite apporterait de nouvelles connaissances sur l’hivernage.

 

Suivi des milans royaux hivernants

Quarante-quatre milans royaux ont été marqués à l’aide d’émetteurs GPS/satellites, y compris ceux d’Argos, afin d’étudier leurs saisons de non-reproduction en Espagne. Des données ont été enregistrées pour 72 événements d’hivernage (52 pour les adultes et 20 pour les immatures.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

Zones d'hivernage utilisées par les 44 milans royaux émetteurs pendant leur période de non-reproduction en Espagne et dans le sud de la France
Zones d’hivernage (estimation de la distribution du noyau à 95 %) utilisées par les 44 milans royaux émetteurs pendant leur période de non-reproduction en Espagne et dans le sud de la France. (d’après [García-Macía, et al., 2022])

 

Les résultats montrent que les milans royaux hivernent dans les provinces espagnoles de Huesca, Álava, Segovia, Toledo, Burgos et Cáceres, et dans le sud de la France. Ils montrent également une grande variabilité dans le temps passé dans les zones d’hivernage – entre 32 et 139 jours (96 jours en moyenne). Ils se rendent principalement, lors de la migration de printemps, en Allemagne (44 hivernages) et en Suisse (12), mais aussi en Pologne (8), en France (4), en Autriche (1) et en Belgique (1) pour se reproduire ou rester pour l’été (pour les oiseaux immatures).

 

résultats montrant que les milans royaux hivernent dans les provinces espagnoles de Huesca, Álava, Segovia, Toledo, Burgos et Cáceres, et dans le sud de la France
Les résultats montrent que les milans royaux hivernent dans les provinces espagnoles de Huesca, Álava, Segovia, Toledo, Burgos et Cáceres, et dans le sud de la France. Ils montrent également une grande variabilité dans le temps passé dans les zones d’hivernage – entre 32 et 139 jours (96 jours en moyenne). Ils se rendent principalement, lors de la migration de printemps, en Allemagne (44 hivernages) et en Suisse (12), mais aussi en Pologne (8), en France (4), en Autriche (1) et en Belgique (1) pour se reproduire ou rester pour l’été (pour les oiseaux immatures).

 

Environ trois quarts des individus (34) ont passé toute la période dans une zone et une seule. Cependant, un peu moins d’un quart d’entre eux (10) se sont déplacés entre deux zones principales, au sein de l’Espagne ou en traversant les Pyrénées vers la France. Cela n’a pas conduit à une augmentation de la durée de la saison d’hivernage, cependant. Ce comportement ne s’est pas répété au cours des années, et ces individus sont restés dans la même zone d’hivernage pendant toutes les autres années du suivi. Cette stratégie peut être motivée par la disponibilité des ressources alimentaires ou de l’habitat, en association avec le changement climatique.

Une autre grande variabilité dans les comportements des milans royaux suivis est la taille des domaines vitaux, très variable en taille. Le plus grand domaine est 1000 fois plus grand que le plus petit. Ceci ne semble pas être corrélé au sexe ni au nombre de zones d’hivernage utilisées. La principale différence observée concerne les immatures et les adultes, les adultes ayant des domaines vitaux plus petits que les immatures. Ce phénomène, observé après la deuxième ou troisième année de vie, pourrait indiquer une meilleure connaissance du territoire et une meilleure capacité à chasser. Ce phénomène est cependant courant chez les rapaces.

 

Études futures

La raison pour laquelle certains individus changent de zone d’hivernage certaines années (et pas d’autres) devrait également être prise en compte en suivant un certain nombre de milans royaux sur une longue période.

Les études futures pourraient essayer d’aller sur le long terme, de comprendre la capacité des milans royaux à répondre aux changements climatiques, et éventuellement de considérer si le milan royal est en train de changer sa distribution en Europe. Par exemple, comment ses schémas de distribution et ses paramètres d’hivernage sont influencés par le réchauffement climatique, surtout si l’on considère que l’Espagne, sa principale destination d’hivernage, se trouve à la limite sud de la distribution de l’espèce. La population espagnole hivernante pourrait donc déplacer ses quartiers d’hiver plus au nord à l’avenir, afin de rester dans des conditions hivernales appropriées.

Ces études à long terme sur le changement climatique s’appliquent bien sûr à d’autres espèces de rapaces.

Contacter notre équipe

 

Référence & liens