06.10.2016 Flash Info

Tortues en sursis

Les tortues vertes et les tortues caouanes qui vivent dans le bassin de l’océan indien sont classées parmi les espèces en danger d’extinction. Les menaces qui pèsent sur elles sont nombreuses : pêche accidentelle, braconnage (capturée pour leur chair) mais aussi pollutions marines.

Pour tenter de sauver ces espèces, Jérôme BOURJEA, biologiste des pêches et de la conservation à l’IFREMER* au sein de l’UMR MARBEC, les étudie depuis plus de 15 ans. Avec ses collègues, il a entre autre déployé plus de 120 balises Argos sur des tortues vertes en ponte sur les principaux sites de reproduction de l’Ouest de l’océan indien (Europa, Juan de Nova, Glorieuses, Mayotte, Mohéli (Comores) et Tromelin) ou encore sur des tortues caouannes juvéniles capturées accidentellement par les palangriers au large de La Réunion.

Ses découvertes : le territoire maritime d’une tortue peut atteindre une superficie gigantesque ! Les études des suivis satellitaires ont montré par exemple que les tortues vertes femelles ont parcouru, pour certaines plus de 3000km, traversé pas moins de 9 Zones Economiques Exclusives avant d’atteindre leurs zones d’alimentation réparties sur le littoral de 6 pays. Ces études ont également montré pour la première fois que des tortues caouannes pré-adulte faisaient des migrations trans-hémisphériques suggérant un cycle biologique à l’échelle de l’océan Indien. Enfin sur des tortues vertes juvéniles  en phase d’alimentation dans les lagons des îles de l’océan Indien, une approche par balise Argos/GPS et caméra embarquée a permis de révéler comment ces individus exploitaient le lagon, et mis en évidence des changements d’habitat à l’échelle régionale.

Conclusion : une gestion multinationale est indispensable pour la survie de cette espèce. Le scientifique tient également à souligner que  5.3% des tortues suivies ont été braconnées durant ces études. Jérôme Bourjea travaille en collaboration avec les acteurs locaux et transnationaux pour mettre en place des mesures de gestion régionale. Il met notamment en avant des « HotSpots » prioritaires pour la conservation des tortues.

http://wwz.ifremer.fr/