A marine turtle with an Argos PTT (credit Dr. Kristen Hart, USGS)
16.02.2021 Animaux marins

Comment les espèces menacées utilisent-elles les aires marines protégées ?

Les aires marines protégées sont l’un des principaux instruments de protection des espèces menacées. Argos peut aider à en définir les limites afin d’obtenir la meilleure zone marine protégée, en particulier lorsqu’un grand nombre de suivis sont disponibles pour l’analyse et la modélisation des habitats. Exemple des tortues marines dans l’écorégion de Floride.

Photo : Une tortue marine avec un émetteur Argos (crédit Dr. Kristen Hart, USGS)

 

Définir les limites des aires marines protégées (AMP)

Map of the ecoregion and Marine Protected Areas included in the study (from [Roberts et al., 2021])
Carte de l’écorégion et des aires marines protégées incluses dans l’étude (d’après [Roberts et al., 2021])

La création d’aires marines protégées (AMP) est l’une des solutions majeures pour la protection des espèces menacées et l’utilisation durable des ressources. La réglementation peut varier considérablement d’une aire marine protégée à l’autre, voire au sein d’une même aire. Certaines appliquent une protection stricte sans aucune exploitation autorisée (“sans prélèvement”), tandis que d’autres autorisent certaines activités avec des ampleurs variées, et/ou ciblées sur certains usagers (“multi-usage”).

La définition des contours des aires marines protégées et des réglementations qui y sont appliquées n’est pas simple, surtout dans un environnement aussi changeant que l’océan. Idéalement, la zone protégée devrait comprendre les habitats essentiels à la conservation de certaines espèces clés choisies. Il est donc important de préciser les limites des zones d’utilisation intensive ou celles de grande biodiversité. Cependant, avec les espèces migratrices, l’habitat n’est pas le même selon les saisons. La télémétrie par satellite Argos peut aider à déterminer si certaines espèces clés utilisent une aire marine protégée donnée, quelles régulations y sont appliquées, et quand.

 

Analyse des suivis de tortues marines dans l’écorégion de Floride

Les tortues marines peuvent être considérées comme des espèces capitales pour la protection de la biodiversité, et sont très mobiles. Elles sont les espèces les plus suivies à l’aide d’Argos depuis que des animaux sont suivis (voir par exemple Des tortues marines en plein cyclones tropicaux , Les tortues vertes juvéniles se comportent différemment les unes des autres, révèle la télémétrie par satellite , Deux destinations très différentes pour deux tortues éprises d’aventures , Les tortues olivâtres aident à la prévision des océans ou Comprendre les tortues caouannes grâce aux données océaniques …). Une population de ces tortues se trouve dans l’écorégion de Floride, et les efforts de suivi s’y poursuivent depuis de nombreuses années.

Un ensemble de données de suivis par satellite sur 235 tortues marines est ainsi disponible sur 11 années. Elle comprend trois espèces différentes de tortues, toutes menacées : caouannes (Caretta caretta), vertes (Chelonia mydas) et imbriquées (Eretmochelys imbricata). Les animaux ont été équipés dans quatre endroits, en Floride et dans le Golfe du Mexique, après avoir été capturés soit dans l’eau soit après nidification.

All the 235 tracks used in the study (blue, Loggerheads, orange, green turtles, red hawksbills). The higher density of locations in some areas is clearly visible.
L’ensemble des 235 pistes utilisées dans l’étude (bleu, caouanes, orange, tortues vertes, rouge tortues imbriquées). La densité plus élevée des localisations dans certaines zones est clairement visible..

Cependant, la télémétrie satellite induit que les localisations sont échantillonnées de façon irrégulière au long d’un suivi. Ces lacunes peuvent être comblées en calculant les étapes intermédiaires dans le parcours, avec la technique d’analyse intégrée de sélection des étapes. Ceci permet de mieux estimer la probabilité de sélection de différents habitats, ainsi que les propriétés du mouvement de l’animal lorsqu’il ne se trouve pas dans l’un de ces habitats.

Les comportements des tortues de mer, ainsi que les effets de la catégorie de la zone protégée (sans prélèvement ou multi-usage), de la chlorophylle et de la bathymétrie, sur la sélection de l’habitat ont ainsi été quantifiés.

 

L’utilisation des aires marines protégées par les tortues

Parmi les résultats, il semble que les tortues marines ne montrent aucune préférence pour les zones “sans prélèvement”. Cela peut être lié à leur rareté et à leur petite taille. Il peut également s’agir d’un véritable choix de la part des tortues, ce qui pourrait signifier que ces zones interdites ne correspondent pas aux besoins de ces espèces.

Parmi les variables environnementales, la corrélation avec les zones à forte teneur en chlorophylle n’est pas concluante, car il s’agit de zones d’eaux peu profondes dans cette région, et pourrait donc être liée à d’autres types de végétation que des algues, et/ou à de la matière en suspension.

L’aire marine protégée du Florida Keys National Marine Sanctuary (FKNMS), couvre la majeure partie de l’écorégion de Floride. Ses limites, son zonage et sa réglementation sont actuellement en cours de révision, dans la perspective d’une expansion. Les résultats de l’étude sur les tortues marines et l’application de la méthode à d’autres espèces menacées pourraient aider à la définition future de cette aire marine protégée particulière et pour d’autres. Cela pourrait aider à la gestion des aires marines protégées existantes ou à des modifications, en particulier dans le zonage multi-usages ou sans prélèvement.

 

Référence

Roberts KE, Smith BJ, Burkholder D, Hart KM. Evaluating the use of marine protected areas by endangered species: a habitat selection approach. Ecol Solut Evidence. 2021;2:e12035. https://doi.org/10.1002/2688-8319.12035