Two scarlet macaws
28.07.2021 Oiseaux

Argos permet de suivre des aras dans la nature et montre le besoin de zones protégées plus larges

par Greta Hardy-Mittell

Les aras vivent à l’état sauvage – ce ne sont pas uniquement des animaux de compagnie. Le suivi des aras rouges et bleus et jaunes avec Argos permet de démontrer qu’ils se déplacent entre les zones protégées et non protégées. Une protection élargie est donc nécessaire pour maintenir leurs populations en dehors des zones protégées.

Photo par Zdeněk Macháček sur Unsplash

 

Lorsque que l’on pense aux perroquets, on les imagine perchés sur l’épaule d’un pirate ou en train de réclamer des biscuits dans une cage. Pourtant, ce sont aussi des oiseaux sauvages : des créatures brillantes et majestueuses qui peuvent voler sur des kilomètres en une journée. Mais dans une grande partie de leur aire de répartition, les perroquets sauvages sont fortement menacés par la perte d’habitat et le braconnage qui approvisionne le marché des animaux de compagnie.

 

Étudier les schémas de déplacement de deux espèces d’aras grâce à des colliers Argos dédiés

Même des perroquets qui vivent dans des zones protégées peuvent migrer vers des espaces urbains ou d’autres zones, plus menacées. Par le passé, il était difficile de savoir à quel point ce phénomène est fréquent, car les perroquets sont difficiles à capturer. De plus, ils ont tendance à détruire tout émetteur assez petit pour les suivre. Ce n’est que récemment que la technologie Argos a permis aux chercheurs d’étudier les schémas de déplacement d’aras et de plaider en faveur d’une protection accrue de ces espèces. 

Les aras rouges (Ara macao) et les aras bleus (Ara ararauna) sont deux des nombreuses espèces de perroquets qui vivent dans la forêt tropicale de basse altitude du sud-est du Pérou. La Macaw Society (anciennement connue sous le nom de Tambopata Macaw Project) étudie les aras de cette région depuis près de 30 ans. Au cours de cette période, les scientifiques ont remarqué que le nombre d’oiseaux observés près des sites de nidification diminue considérablement après la saison de reproduction. Cette tendance a été documentée ailleurs pour d’autres espèces de perroquets et suggère que les perroquets peuvent migrer loin des zones protégées pendant la saison non reproductive.

Pour aider les chercheurs à étudier cette tendance, les chercheurs et les partenaires industriels ont mis au point des colliers de télémétrie par satellite durables, conçus pour s’adapter aux grands aras et résister à leurs capacités de destruction. La Macaw Society a capturé et équipé de ces colliers 14 aras adultes – 8 aras rouges et 6 bleus – entre 2008 et 2016. Les colliers ont ensuite utilisé le système Argos pour déterminer l’emplacement des aras pendant la journée, en dehors des périodes de reproduction.

Plus d’infos sur le suivi d’animaux avec Argos

 

Des domaines plus grands en dehors de la période de reproduction des aras

Sur la base de leur étude, les scientifiques ont confirmé que les deux espèces d’aras ont des domaines vitaux assez larges en dehors de la période de reproduction. Tous les aras équipés n’ont pas migré, mais ceux qui l’ont fait ont parcouru jusqu’à 164 km depuis leur point de capture et ont couvert des zones d’une superficie d’environ 5 600 km2. Leurs domaines vitaux hors reproduction sont presque 18 fois plus grands que leurs aires de reproduction. Ces domaines comprennent des zones centrales où les aras ont passé beaucoup de temps. Ces zones centrales  sont en moyenne trois fois plus grandes pendant la saison non reproductive que pendant la saison de reproduction. Tous les aras ont été capturés dans un ensemble de zones protégées comprenant la réserve nationale de Tambopata et le parc national de Bahuaja Sonene. Tous ceux qui ont migré pendant la saison non reproductive ont voyagé en dehors de ces zones protégées, et tous sauf un ont passé de longues périodes dans des zones non protégées.

Home ranges of Scarlet and Blue-and-yellow Macaws
Domaines vitaux des aras rouges et des aras bleus (appelés SCMA et BYMA, zones rouges et bleues sur la figure) en dehors des périodes de reproduction. Les zones protégées (réserves et parcs nationaux) sont en vert clair. Puerto Maldonado est la capitale départementale et la plus grande ville de la région. Tous les oiseaux ont été capturés dans un rayon de 1 km autour du Centre de recherche de Tambopata (étoile). (Crédits TAMU, d’après [Brightsmith et al., 2021])

 

La seule différence notable entre les schémas migratoires des aras rouges et des aras bleus est la direction dans laquelle ils se sont déplacés : les aras rouges volent généralement vers le nord-est, tandis que les bleus volent vers l’est et le sud-est (voir la carte). Sinon, les deux espèces présentent des schémas similaires de vastes mouvements pendant la saison non reproductive.

 

Des résultats qui plaident pour une protection accrue des aras

Grâce à cette étude et à la technologie de suivi Argos, nous avons maintenant la preuve que les aras font partie des nombreux animaux très mobiles qui se déplacent entre des zones protégées et non protégées. Si les réserves et les parcs nationaux actuels peuvent offrir une protection suffisante pendant la saison de reproduction, l’étude suggère que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour conserver les populations d’aras en dehors des zones protégées. Sinon, aras et perroquets migrateurs resteront en danger.

Contacter les équipes Argos

 

Référence

Brightsmith, D. J., J. D. Boyd, E. A. Hobson and C. J. Randel. 2021. Satellite telemetry reveals complex migratory movement patterns of two large macaw species in the western Amazon basin. Avian Conservation and Ecology 16(1):14. https://doi.org/10.5751/ACE-01822-160114