Un renard arctique sibérien qui fait du chemin

Arctic fox (Credits A. Sokolov)

29.05.2018 Mammifères terrestres Un renard arctique sibérien qui fait du chemin

De nos jours, une partie de la faune arctique est menacée par les changements climatiques et les activités humaines, mais elle reste méconnue. Le renard arctique est un petit animal, blanc en hiver, qui vit dans la zone du cercle polaire arctique. En Sibérie, il a été peu étudié pour l’instant, mais les progrès de la miniaturisation permettent de le suivre par satellite à l’aide d’Argos, avec quelques surprises quant aux distances qu’il peut parcourir.

The Artic fox with its Argos tag (credits A. Sokolov)
Le renard arctique capturé, avec son émetteur Argos (crédits A.Sokolov)

On trouve le renard arctique (Vulpes lagopus) dans les régions autour du pôle Nord, en Amérique ou en Eurasie, au Groenland et en Islande. Comme d’autres dans la région, l’espèce est menacée dans certains territoires (comme la Scandinavie). En effet, en raison des changements climatiques, l’étendue de la toundra diminue, et le renard roux apparaît dans la zone boréale et a tendance à prendre l’ascendant sur le renard arctique.

Les renards arctiques en Sibérie ont été peu étudiés et leurs mouvements sont pour la plupart inconnus. Des études au Canada ont montré qu’environ dix pour cent de la population se déplace sur de longues distances, mais la question reste ouverte en Sibérie. Leurs mouvements peuvent avoir un caractère saisonnier (vers le sud à l’automne, vers le nord au printemps), mais l’ampleur et la régularité de ces mouvements doivent encore être prouvées. D’où l’idée d’utiliser les technologies de suivi de la faune par satellite pour connaître leurs déplacements, d’autant plus que de petits émetteurs Argos sont maintenant disponibles (le poids d’une balise ne doit pas dépasser 3% de celui de l’animal).

 

Tracks of the arctic fox from Vortuka and back, with distances and speeds. Note that when it crosses “water” it is in fact iced. (Credits IEC “Arctic”)

Trajectoire du renard arctique marqué au site de surveillance à long terme Erkuta, autour de l’Oural polaire et retour, à travers la péninsule de Yamal jusqu’à la péninsule de Gydan, avec les distances et vitesses. Notez que lorsqu’il traverse « l’eau », celle-ci est en fait gelée à cette période de l’année. (Crédits A.Sokolov)

 

Le 28 mars 2017, un renard arctique a été piégé par le chasseur local Takuchi Laptander. Avec l’équipe de recherche de la Station de recherche arctique de l’Institut d’écologie végétale et animale (Direction de l’Oural, Académie russe des sciences) dirigée par le Dr Aleksandr Sokolov, l’animal a été équipé d’un collier satellite (Argos PTT d’Es-Pas Ltd) sur le site de surveillance à long terme d’Erkuta (68,2°N ; 68,9°E), Yamal Sud, Russie. Après avoir été relâché, le renard est resté près de l’endroit où il a été piégé pendant 12 jours. Ensuite, il a effectué plusieurs voyages plus longs : il s’est déplacé vers l’ouest sur la baie de Baidaratskaya et autour de l’Oural polaire pour un voyage d’environ 300 km où il est resté 10 jours à proximité de plusieurs localités peuplées. Puis, il est retourné à proximité du lieu de capture et s’est ensuite déplacé vers l’est, au-dessus de la baie d’Obskaya et vers le nord jusqu’à la péninsule de Gydan. Dans l’ensemble, le renard arctique probablement non reproducteur a beaucoup voyagé sur la terre et sur la mer glacée, couvrant au moins 1000 km (700 km en 30 jours), avant que le signal ne s’arrête le 25 juillet.

 

Référence

Aleksandr Sokolov, Natalya Sokolova, Dorothee Ehrich, Ivan Fufachev, Vasiliy Sokolov and Takuchi Laptander. 2017. Long-distance movements of the first Siberian Arctic Fox equipped with satellite collar // 5th International Arctic Fox Conference (Université du Québec à, Rimouski, Canada, 12-15 October 2017): Progr. and Abst. – P. 75.

Cette étude pilote a été soutenue par la subvention RFBR-Yamal n° 16-44-890108. Le collier a été produit par « Es-Pas » Ltd. (Moscou). Le prix des colliers et les données satellitaires ont été couverts par la CEI « Arctique » du gouvernement de Yamal.