porcupine crab
29.11.2019 Animaux marins

Des crabes des grands fonds suivis avec Argos

Les espèces d’eau profonde sont peu connues, car difficiles à étudier. Une équipe de l’Université de Windsor (Canada) a mis au point un moyen de suivre les crabes porcs-épics, qui vivent à 900 m de profondeur. Des marques archives sont programmées pour se détacher à intervalle régulier et émettre leurs données, collectées par Argos, fournissant ainsi un aperçu des déplacements de cette espèce.

Photo: un crabe avec son harnais (Credit University of Windsor)

Suivre des crabes des profondeurs

Les crabes porcs-épics (Neolithodes grimaldii) sont des crabes royaux des grands fonds. L’aire où l’on trouve cette famille de crabes devrait s’étendre, car il est prévu qu’ils s’établissent dans de nouvelles zones en raison du changement climatique. Cependant, comme la plupart des crabes des grands fonds marins, leurs utilisations de l’espace est difficile et coûteuse à étudier et, par conséquent, les connaissances sur leurs populations dans l’est de l’Arctique canadien sont maigres. Les prises accessoires par les pêcheries montrent un caractère saisonnier de leur présence sur certains sites, et la recherche sur d’autres espèces de crabes apparentées montre un modèle de comportement similaire — une raison supplémentaire pour les étudier. En particulier, l’hypothèse est que les crabes porcs-épics se déplacent en groupe, de façon linéaire, en restant à des profondeurs et des températures similaires.

Des marques archives Argos (mrPAT et miniPAT) ont été accrochées sur 18 crabes porcs-épics capturés dans le détroit de Davis à une profondeur d’environ 900 m. La taille des crabes équipés variait de 54 à 110 cm (longueur totale) et de 0,4 à 2,1 kg (poids total). En partant de l’hypothèse d’un mouvement de groupe, l’idée est de programmer les marques archives de chaque crabe pour qu’elles se détachent une à une (crabe par crabe) à intervalle régulier (6 jours) durant la période juillet-octobre 2018. On considèrera alors que la position de chaque crabe sera représentative de celle du groupe entier.

Site location (green star). (Figure and caption modifed from: Davidson and Hussey, 2019)
Emplacement du site (étoile verte) (Figure et légende modifiée de Davidson and Hussey, 2019)
The locations of pop-up archival satellite tag (mrPAT and miniPAT) of porcupine crabs following tag release (black dot). The star represents the deployment location. Tags that, together with their error buffer, overlapped with the deployment location are shown with green circles (65%), while tags, with their error buffer, that did not overlap the deployment site are shown with purple circles (35%). (Figure and caption modifed from: Davidson and Hussey, 2019)
Emplacement des marques-archives satellite (mrPAT et miniPAT) équipant les crabes porcs-épics après leur remise à l’eau (point noir). L’étoile représente le lieu de déploiement initial. Les cercles indiquent la marge d’erreur sur la position estimée du crabe sur le fond océanique, à la libération de la marque-archive. Les cercles verts indiquent les crabes dont la position avec sa marge d’erreur chevauche l’emplacement de déploiement (65%), tandis que les balises qui, avec leurs marges d’erreur, ne chevauchent pas l’emplacement de déploiement sont représentées par des cercles violets (35%). (Figure et légende modifiées de Davidson et Hussey, 2019)

Les résultats montrent que les crabes porcs-épics sont capables de se déplacer sur de longues distances, mais ne le font pas toujours, puisque seuls six d’entre eux ont été localisés entre 3,1 et 33 km de l’endroit où ils ont été relâchés, alors que les autres se sont déplacés de moins d’1 km. Plusieurs explications sont possibles et nécessiteront des études complémentaires.

 

une nouvelle technique pour étudier les mouvements des espèces des grands fonds

Toutes les valeurs de température et de profondeur ont confirmé que les crabes porcs-épics sont restés à une profondeur et une amplitude thermique très proches pendant toute la période. Les miniPATs ont enregistré une température moyenne de 3,7°C (écart-type 0,1) et une profondeur moyenne de 994,5 m (écart-type 3,4) sur les 6 mois de l’étude.
Il faut noter que l’estimation de l’emplacement des crabes à la fois lorsqu’ils atteignent le fond marin au moment de la remise à l’eau et lorsque la marque archive est relâchée n’est pas une tâche facile. Ils ont dérivé (verticalement et horizontalement) par rapport au point de largage en surface et, surtout, du fond marin ( » largage amorcé « ) jusqu’au premier site de localisation Argos en surface. Par conséquent, une marge d’erreur de dérive a été appliquée au premier emplacement signalé et au meilleur emplacement estimé après relâché.

« Cette étude est la première à équiper des crabes porcs-épics avec des marques archives, révélant une nouvelle technique pour étudier leurs mouvements spatio-temporels », disent ses auteurs. Les résultats devraient aider à l’élaboration d’un règlement de pêche approprié, puisque l’espèce est maintenant considérée comme potentiellement exploitable.

Référence

  • E.R. Davidson, N.E. Hussey, 2019: Movements of a potential fishery resource, porcupine crab (Neolithodes grimaldii) in Northern Davis Strait, Eastern Canadian Arctic, Deep-Sea Research Part I (In Press), https://doi.org/10.1016/j.dsr.2019.103143